Répondre aux interrogations sur les ondes radio

Les équipements de télécommunications sans fil qu’Orange exploite et commercialise tels que les téléphones mobiles, les tablettes et autres objets connectés émettent des ondes radio, sans lesquelles ils ne pourraient fonctionner. 

 


 

Dans certains pays, l’exposition aux ondes radio, notamment des antennes, suscite des préoccupations quant aux éventuels effets sur la santé.

La communauté scientifique travaille sur ce  sujet depuis plus de 20 ans. A ce jour aucun effet sanitaire n’est avéré. Cependant, dans l’attente de confirmation d’études complémentaires en cours, notamment sur l’enfant et l’usage à long terme, certaines autorités sanitaires ont édicté différentes précautions d’usages destinées à réduire l’exposition aux ondes radio des téléphones mobiles. 

Sur la base de résultats d’études ayant notamment porté sur l’utilisation des terminaux mobiles, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), agence spécialisée de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a classé en mai 2011, les ondes radio dans le groupe 2B de sa nomenclature, c’est-à-dire comme “peut-être cancérogènes pour l’homme”.

Dans le rapport mondial sur le cancer de février 2014, le CIRC-OMS souligne toutefois qu’ « aucune véritable association n’a été retrouvée entre l’usage du téléphone mobile et les cancers du cerveau… »

De même, l’OMS indique dans son “Aide-mémoire” d’octobre 2014 sur les mobiles, comme dans son précédent « Aide-Mémoire » de juin 2011, “qu’à ce jour, il n’a jamais été établi que le téléphone portable puisse être à l’origine d’un effet nocif pour la santé”.

Les derniers avis et rapports en date des autorités sanitaires nationales en Nouvelle Zélande (mai 2015), au Canada (avril 2015), en Suède (juin 2015) et au Québec (avril 2016) et le comité des risques émergents et nouveaux (SCENIRH) de l’union Européenne (mars 2015) confirment les avis précédents, c’est à dire une fois encore, l’absence d’effets avérés sur la santé des champs électromagnétiques en dessous des seuils recommandés par les Directives internationales de la Commission internationale pour la protection contre les rayonnements non ionisants (ICNIRP).

En réalité, le seul effet sanitaire reconnu par la totalité des agences sanitaires à travers le monde, sur la base de milliers d’études scientifiques publiées depuis plus de 20 ans, est celui d’un effet thermique.

Depuis 20 ans Orange participe à  ce débat de manière proactive  et relaie les informations et les recommandations d’usage à ses parties prenantes. Ces mesures sont articulées autour de 5 axes :

  • communiquer en toute transparence vers les différentes parties prenantes sur les ondes radio et les technologies de communication grâce à des outils d’information et de dialogue adaptés
  • contribuer aux efforts de recherche notamment via le laboratoire de recherche d’Orange (Orange Labs) sur la dosimétrie lors de programmes nationaux ou internationaux dans le domaine des communications sans fil
  • s’assurer du respect des réglementations locales (lorsqu’elles existent) et faire appliquer les recommandations internationales à défaut.
  • promouvoir les bons usages du mobiles édictés par les autorités
  • accompagner le personnel travaillant près ou sur les antennes aux consignes de sécurité

 

 

En savoir plus

  1. Site d’Orange groupe pour répondre à toutes vos interrogations sur les ondes radio
  2. Orange Tunisie sur la bonne longueur d’ondes