L’Afrique et la connectivité

Le réseau mobile a sur le continent africain un rôle clé sans équivalent dans le monde. Il s’y est imposé comme le 1er canal de communication, pour échanger par la voix ou par SMS et connaît une accélération de sa croissance grâce aux smartphones. Le développement des réseaux 3G a joué un rôle central, en soutenant ce dynamisme à l’échelle du continent.

L’irruption du mobile

Si dans d’autres pays le mobile s’est progressivement répandu, en complément du téléphone fixe, en Afrique il a fait l’effet d’un Big Bang. Le faible développement du réseau de téléphonie fixe RTC (Réseau Téléphonique Commuté) composé de fils de cuivre, a laissé toute la place au mobile. À tel point qu’il est devenu le standard en matière de communication voix.
En matière de réseau internet, la situation est semblable : le réseau de téléphonie fixe n’a pas pu servir de base au déploiement des modems, de l’ADSL. Le mobile a donc joué le rôle d’accès à Internet, comme l’explique Yves Bellego, Directeur de la stratégie réseau d’Orange : « L’évolution des usages que l’on a connue en France sur le fixe est, en Afrique, transposée sur le mobile. Le réseau mobile, seul mode de communication accessible à un grand nombre, a été utilisé pour téléphoner, transmettre des SMS, puis pour accéder à Internet grâce au développement de la 3G et l’arrivée de la 4G dans quelques pays... L’Afrique a sauté l’étape du réseau fixe en cuivre. ».

Quelques repères sur le réseau de téléphonie fixe :

 

Taux d'équipement (en 2014)


France

60,7 %


Ethiopie

0,85 %


Sénégal

2,1 %


Burkina Faso

0,75 %