Des enfants connectés et mobiles de plus en plus jeunes

En Europe, les enfants accèdent quotidiennement à internet dès 8 ans. Ils se connectent de préférence seuls dans leur chambre depuis un appareil mobile. Leurs pratiques en ligne sont souvent limitées à un petit nombre d’activités. Certaines peuvent les exposer à des risques.

Très jeunes, nos enfants sont équipés de terminaux mobiles qui leur ouvrent les portes d’internet à tout moment et en tout lieu

(étude européenne Net Children go mobile février 2014) 

  • ils reçoivent leur premier mobile à 9 ans et leur premier smartphone à 12 ans. 18% des 8-11 ans et 26% des 12-15 ans possèdent leur tablette. 57% des 11-12 ans ont un profil sur un réseau social avant l’âge autorisé (13 ans) ;
  • 8 enfants sur 10 surfent tous les jours à la maison, de préférence dans leur chambre. 45% des enfants se connectent depuis leur smartphone et 30% depuis une tablette.

La musique, les vidéos et les réseaux sociaux arrivent en tête des activités en ligne des enfants devant la recherche d’informations pour le travail scolaire et les jeux.

D’après une étude menée auprès de 2 500 enfants de 9 à 16 ans issus de cinq pays européens, les risques auxquels ils ont été confrontés le plus souvent sont : 

  • harcèlement et cyber-harcèlement :

-    27 % : harcèlement
-    14 % : cyber-harcèlement

  • rencontres :

-    30 % ont eu des contacts en ligne avec des inconnus
-    12 % les ont aussi rencontrés dans la vie réelle

  • images à caractère sexuel :

-    29 % en ont déjà vu (en ligne et hors ligne)

  • messages à caractère sexuel (pour les plus de 11 ans) : 

-    13 % y ont été exposés

  • 21 % des enfants interrogés ont déjà expérimenté sur internet quelque chose qui les a perturbés.

Les usages de l’internet mobile chez les jeunes européens de 9-16 ans et l’exposition de ces enfants à des risques en ligne sont corrélés aux pratiques culturelles et éducatives :

  • les Danois qui surfent dès 6 ans et bénéficient d’une grande autonomie, sont les plus exposés aux risques d’internet ; comme les Roumains, peu surveillés par leurs parents ;
  • les Belges, les Italiens, les Irlandais, les Portugais et les Anglais rencontrent moins de risques parce que leurs usages d’internet, contrôlés par les parents, sont plus restreints.