Une démarche de co-construction

Orange est engagé dans une démarche de co-construction de la 5G avec tous les écosystèmes, la recherche, les universités, les partenaires technologiques et les différents secteurs de l’économie : les transports, l’industrie, la santé, le divertissement. Cette collaboration permet à Orange de mieux comprendre les enjeux, les nouveaux business models, les besoins et de tester des cas d’usage.

Le développement économique à grande échelle de la 5G nécessite une norme mondiale qui permettra des solutions interopérables et pérennes. Orange joue un rôle actif au sein de l’instance internationale de normalisation 3GPP dont il est le troisième opérateur contributeur. Un cap important a été franchi fin décembre 2017 avec la publication de la première version de la norme 5G, dite « 5G NR » (NR pour nouvelle radio), puis de la deuxième version en juin 2018.

Depuis 2012, Orange contribue activement aux activités de recherche sur la 5G dans le cadre du partenariat européen public-privé « 5G PPP » et avec l’Agence nationale de la recherche française (ANR).

Au-delà de la recherche et de la normalisation, Orange prépare activement l’arrivée de la 5G au travers de plusieurs initiatives d’envergure en Europe avec ses partenaires technologiques et d’innovation :

  • Dès janvier 2017, Orange s’est associée à Nokia pour tester sur leur plateforme de co-innovation (située sur le site de Nokia à Saclay, dans l’Essonne) les différents usages de la 5G pour les entreprises.
  • En février 2017, Orange a annoncé un partenariat avec UTAC CERAM, référent mondial au service du testing et de l’homologation des véhicules, notamment des véhicules autonomes, pour la connectivité 4G/5G du site de Linas-Montlhéry. Orange a déployé avec Ericsson une connexion publique 4G sur la piste d'essai et fournit une connectivité privée 4G/5G expérimentale pour tester les fonctionnalités 5G nécessaires aux véhicules autonomes. Les expérimentations sur le terrain ont débuté en 2019.
  • Orange, qui considère la 5G comme une alternative à la fibre pour apporter le haut débit sur certains territoires, a mené des tests en conditions réelles en Roumanie, en partenariat avec Samsung et Cisco, entre juin et mi-juillet 2018.
  • En France, Orange a déployé des réseaux 5G expérimentaux à Lille et à Douai, avec des équipements Ericsson, et à Marseille avec ceux de Nokia, et effectue des tests techniques de bout en bout depuis juin 2018.
  • Au printemps 2019, Orange a par ailleurs annoncé plusieurs projets de co-innovation dans des secteurs clés de l’économie tels que l’industrie du futur, l’énergie ou encore les transports avec notamment Schneider Electrique, SNCF, Nokia, Renault, Ericsson.
  • Ces tests techniques et de service sont aussi menés dans d’autres pays. Par exemple en Espagne, Orange a testé les services avancés de la 5G basés sur le « network-slicing », comme la latence ultra-faible.

Orange conduit depuis septembre 2019 des tests de la 5G avec des clients grand public et entreprises dans plusieurs pays.

Orange a par ailleurs lancé plusieurs initiatives dans le cadre d’une approche d’innovation ouverte, parmi lesquelles :

  • L’ouverture d’un 5G Lab de co-innovation sur le site Orange Gardens, à Châtillon, près de Paris, fin 2018. Les partenaires s’appuient sur la connectivité 5G du lieu pour tester leurs produits et services.
  • Un challenge start-up à l’échelle européenne, en janvier 2019. Les trois gagnants sont  accompagnés par des experts Orange, et ont la possibilité de tester leurs offres et services sur un réseau 5G en avant-première.

La 5G : pour une connectivité responsable

Développer la 5G, c’est s’engager pour une connectivité performante et progressivement accessible au plus grand nombre avec un souci constant d’efficacité énergétique des réseaux.
C’est dans cette optique qu’Orange travaille à la normalisation et à l’harmonisation des fréquences à l’échelle mondiale avec ses partenaires européens et au sein d’organismes internationaux.
L’une des particularités de la 5G est d’ailleurs d’utiliser des antennes intelligentes qui sont sollicitées uniquement à la demande, c’est-à-dire seulement là et où les utilisateurs en ont besoin afin de permettre une utilisation plus efficace de l’énergie.