Bonjour, je suis l’IA

Déjà présente dans notre quotidien, l’intelligence artificielle reproduit les capacités cognitives humaines. Elle ouvre ainsi de nouvelles perspectives pour l’individu, la planète et la société.

Chez Orange, nous participons activement à la création de valeur au cœur de l’économie de l’IA. Nous investissons chaque jour pour que cette révolution technologique enrichisse l’expérience de nos clients et améliore nos processus opérationnels. Convaincus de son utilité, nous nous engageons pour que l’IA se développe au service de l’Humain.

On se connaît déjà, non ?

En tout cas, vous avez sûrement entendu parler de moi. Je ne date pas d’hier, mais ce n’est que depuis peu que je fais le buzz.

Je suis faite d’un ensemble de technologies et d’algorithmes. Mon rôle, c’est de raisonner, apprendre, me comporter et m’exprimer comme vous. Le but du jeu, c’est que je puisse vous aider vous, et toute la planète, à mener une vie meilleure. Je peux par exemple contribuer à augmenter vos performances ou vous décharger de tâches à faible valeur ajoutée.

Ma co-équipière, c’est la data. Je peux la sélectionner, aller la chercher (dans son nuage), la trier, la traiter, la sécuriser et puis l’interpréter. J’ai ainsi le potentiel de résoudre de nombreux problèmes tels que les inégalités ou la protection de l’environnement, et de révolutionner certains secteurs comme la santé, l’éducation, l’alimentation, etc. Je crois profondément en une collaboration responsable et fructueuse entre l’Homme et la machine.

Chez Orange, ils partagent ce point de vue. Ils souhaitent que je sois une innovation utile et accessible à tous. Cela fait 10 ans qu’on travaille ensemble : ils sont maintenant 130 experts à se creuser les méninges sur mon cas. Et ce n’est que le début ! Bref, enchantée d’avoir fait votre connaissance. Je vous laisse découvrir comment je fonctionne et à quoi je sers. Si vous avez une question, n’hésitez pas : j’ai réponse à tout – ou presque. Après tout, je suis l’IA.

Ciao ;)

Vous voulez aller encore plus loin ?

Pas de soucis, découvrez les 10 mots essentiels pour comprendre l'intelligence artificielle :

Capacité de machines et de programmes informatiques à utiliser le langage, former des concepts et prendre des décisions en utilisant des procédés de réflexion semblables à ceux des humains. Les capacités de l’IA à résoudre des problèmes dans un environnement incertain s’améliorent en continu, au fil de son expérience et des données qu’elle reçoit.
Procédés d'apprentissage qui permettent l’évolution d’une machine tout en conservant les mêmes algorithmes. Cet apprentissage se base sur des statistiques ou des règles définies à partir d'une base d'exemples.

... la suite

IA : la mauvaise réputation ?

L'intelligence artificielle soulève de grandes questions, souvent à ses dépens. À son stade actuel de développement, elle ne fait pourtant de tort à personne... car le futur de l'IA, c'est uniquement ce que l'humain en fait ! Il est vrai que sa « super intelligence » impressionne, voire effraye. Elle est pourtant totalement dépendante des algorithmes mis en place par les scientifiques et des bases de données élaborées par des professionnels aguerris.

 


38%
croissance de la rentabilité des entreprises
générée par l'IA d'ici 2035
Source : HubReport
10%
d'ici 2022
L'IA pourrait permettre aux entreprises d'augmenter leurs effectifs de
Source : https://www.forbes.fr/management/et-si-l-intelligence-artificielle-etait-creatrice-d-emplois-et-de-chiffre-d-affaires/

IA : top chrono

L’intelligence artificielle est déjà très présente dans votre vie. Démonstration en 24h chrono.

  • 4h32

    Assis à l’avant d’une voiture, je me rends compte qu’elle roule toute seule grâce à l’IA. Cette scène, je la rêve bien sûr mais c’est déjà une réalité en test à Boston.

  • 7h00

    Je déverrouille mon téléphone avec un procédé de reconnaissance faciale… grâce à l’IA. Histoire de consulter les news !

  • 9h15

    Dans les transports, j’écoute la playlist musicale que Deezer a concocté pour moi à partir de mes goûts… encore une fois merci l’IA.

  • 11h22

    J’apprends de nouveaux mots d’italien grâce à l’application que j’ai trouvée. Elle me propose des cours quotidiens selon mon niveau et mes progrès… grazie intelligenza artificiale.

  • 15h10

    Je reçois un SMS de mon opérateur m’annonçant que le problème pour lequel un technicien devait intervenir cet après-midi est résolu. Chouette, du temps libre en plus ! Un diagnostic de la ligne a été effectué et a permis de résoudre le problème à distance… grâce à l’IA.

  • 16h15

    En visite chez ma sœur, nous choisissons avec mes neveux un film à regarder grâce au moteur de recommandation de leur service de streaming et tout ça marche … grâce à l’IA.

  • 19h00

    Je transpire lors de l’entraînement sportif que mon application de fitness me recommande en fonction de mon activité physique et de mon alimentation du jour… grâce à l’IA.

  • 20h50

    De retour à mon domicile, je tourne la clé dans la porte et jette le trousseau sur la table de l’entrée. Au lieu d’appuyer sur l’interrupteur, je demande à mon assistant personnel d’allumer la lumière, grâce à l’IA.

  • 23h30

    Dernière connexion à Tinder de la journée. L’appli me met en relation avec de potentiels partenaires qui correspondraient à mon profil. Et oui, l’IA se mêle aussi de ma vie amoureuse !

Quand l’IA devient bankable

Le secteur bancaire est un terrain propice au développement d’applications de l’intelligence artificielle (IA). Chatbots, FAQ intelligentes, réponses automatiques aux clients, aide à la décision et au conseil, lutte contre les fraudes, amélioration de la productivité… De quoi révolutionner les relations entre les clients et leur banque.

Vers des conseillers augmentés

Selon une étude Accenture de 2017, 78 % des banquiers estiment que l’IA va permettre de proposer des interfaces utilisateurs simplifiées et d’offrir une expérience client plus humaine. Comment ? En aidant les conseillers à trouver le produit financier le plus adapté à leurs clients grâce à l’exploration de gigantesques bases de données. En facilitant le traitement des demandes simples des clients par téléphone, e-mail ou chat. Ou encore en effectuant des simulations d'investissements en grand nombre, ce qui est humainement impossible. Résultat : l’IA vient ainsi compléter et « augmenter » les compétences et capacités des conseillers.

Des conseillers virtuels apprenants et disponibles 24/24, 7/7

Orange Bank est la première banque mobile en France à s'appuyer sur un modèle de relation client fondé sur une technologie d'intelligence artificielle.
En effet, un conseiller virtuel – ou chatbot – appelé « Djingo », powered by IBM Watson, répond aux questions des clients en langage naturel. Il effectue des opérations bancaires simples comme le blocage et le déblocage d'une carte bancaire.

Disponible 24h/24, 7j/7, Djingo mène près de 24 000 conversations hebdomadaires dont près de 20 % en dehors des jours et des heures d'ouverture. Pour certains sujets nécessitant une interaction humaine (une contestation par exemple), Djingo propose au client de passer le relais à l'un des experts de notre Centre de relation clients.

IA et banque : de nouveaux métiers

L’intelligence artificielle va permettre et nécessiter la transformation des métiers et la recherche de nouvelles compétences, comme les spécialistes des données ou data scientists. Au-delà de la transformation de la relation client dans le secteur bancaire, d’autres postes seront également transformés par l’IA comme les RH ou les équipes chargées de l’élaboration des produits financiers. L’IA donne l’opportunité aux banques de rendre leurs équipes plus performantes et d’améliorer leur rentabilité, si elles prennent le temps d’acculturer leurs collaborateurs aux nouvelles problématiques « intelligentes ».

Santé : l’IA en pleine forme

Au service de la santé, l’intelligence artificielle (IA) conjugue ses capacités avec celles du Big Data et des objets connectés pour inventer la médecine de demain. D’une part, celle qui épaule les équipes de soins, et notamment les médecins, dans leurs prises en charge thérapeutiques. D’autre part, celle qui vise à améliorer la santé de tous en favorisant une meilleure prise en main de sa santé par chacun.

Les applications de l’IA dans le domaine de la santé ne cessent de se multiplier et de se renouveler, pour améliorer la qualité des soins et la prévention. Parmi les plus importantes figure l’aide au diagnostic du médecin et à la recommandation thérapeutique, que les outils de machine learning permettent de personnaliser avec précision pour chaque patient. L’imagerie médicale en est un exemple. Au-delà de la simple reconnaissance et de l’interprétation des clichés, un algorithme sera capable d’apprendre en continu, en comparant une image aux milliers d’autres présentes dans sa base, et pourra proposer un pré-diagnostic. Par ailleurs, grâce à la quantité d’images traitées, l’IA peut s’avérer être allié précieux dans la réalisation de campagnes de dépistage de masse comme la prévention du cancer du sein.

L’IA met également ses capacités prédictives exceptionnelles au service d’un meilleur suivi des patients. Un exemple ? Orange Healthcare et Sanoïa ont démontré avec l’hôpital parisien de la Pitié-Salpêtrière que les poussées de rhumatismes inflammatoires peuvent être détectées grâce à un tracker d’activité couplé au machine learning. Les data scientists d’Orange Labs ont développé un modèle qui identifie les poussées de la maladie avec une fiabilité de 96 %. Une expérimentation prometteuse qui permet un suivi plus fin du patient, dans une perspective de télémédecine.

D’autres applications vont encore plus loin comme des protocoles intelligents qui assistent les chirurgiens pendant leurs opérations, des robots compagnons à domicile pour les personnes dépendantes, ou bien des prothèses intelligentes.

L'IA, une technologie encore en développement

130
spécialistes
travaillent aujourd'hui chez Orange en recherche et développement sur l'intelligence artificielle
200
personnes
Orange va continuer de développer ses compétences propres en IA en recrutant d'ici 2020 plus de

Pour aller plus loin : De l'Intelligence Artificielle à l'Organic Intelligence Artificielle

IA for Good

Comment l'Intelligence Artificielle peut-elle changer la donne ?

Les nouveaux métiers de l’IA

Avec le boom de l’intelligence artificielle (IA), de nouveaux métiers ont vu le jour. De nouvelles compétences sont et seront recherchées par les organisations pour gérer, éduquer et programmer l’IA. Top 5 des métiers de l’IA à horizon 2020… ou même avant !

  • Développeur data IA
    Il programme la collecte de données pour alimenter, entraîner, améliorer l’IA.
    Il connaît les langages de programmation de l’IA et possède des connaissances en machine et deep learning. Il aide les data scientists dans la création des applications et interfaces d’IA.

     

  • Ingénieur cogniticien ou ingénieur IA
    Il imagine les logiciels et applications à même de résoudre des problèmes complexes et de raisonner avec une logique presque humaine. Son objectif ? Mettre la machine intelligente au service des utilisateurs dans leur travail (robotisation de tâches, automatisation de process industriels par exemple) ou leurs loisirs.

 

  • L’éthicien
    Il est responsable de la dimension éthique liée à l’intelligence artificielle. Il conçoit les règles algorithmiques pour que l’IA fonctionne, notamment dans ses modalités d’apprentissage, de manière conforme aux valeurs et principes fondamentaux du droit humain (liberté, responsabilité, respect des diversités, etc.).

 

  • Coach de robot
    Linguiste de formation, le professeur de français de l’IA enrichit le langage et le discours des robots ou des assistants virtuels au gré de l’évolution des offres et des usages. Son rôle consiste à améliorer leur capacité à converser avec les humains.

 

  • Le psydesigner
    Son rôle est de dessiner les contours de la personnalité d’une IA, pour l’aider à mieux apprendre et collaborer avec l’homme. Avec comme finalité de la rendre facile à vivre. Le psychologue devient ainsi « psydesigner ».

 

  • L’egoteller
    L’egoteller est le scénariste des personnalités de l’IA. Il modélise le profil établi par le psydesigner – comportement, champ lexical, prosodie, relationnel… – pour créer de l’émotion. Un peu comme un metteur en scène.

 

Le saviez-vous ?

En France, 5 300 chercheurs travaillent déjà sur l’IA au sein de 268 équipes de recherche publiques et privées, selon le rapport #FranceIA paru début 2018. Et si vous deveniez chercheur en IA ou en machine / deep learning ?

> Retrouvez toutes les offres d'emploi chez Orange sur orange.jobs