Zoom sur les réseaux en Afrique

Pour les clients sur le continent africain, les réseaux mobiles jouent un rôle central. Il s’agit du premier canal de communication pour permettre aux clients d’échanger par la voix ou par SMS. Ils soutiennent le dynamisme du développement à l’échelle du continent. Aujourd’hui, ces réseaux connaissent une forte accélération de leur croissance, grâce aux usages liés aux smartphones.

Pour accompagner les clients, Orange a mis sur pied de grands projets d’infrastructure dans 20 pays d’Afrique et du Moyen-Orient. Dès aujourd’hui, nos équipes peuvent  adresser 110 millions de clients. Les déploiements engagés répondent à une double problématique : 

  • Étendre la couverture mobile des zones rurales, afin de fournir un accès à internet au plus grand nombre
  • Optimiser les performances du réseau, notamment via le déploiement de la technologie 4G.

Orange a ainsi commencé à déployer la 4G dans 4 pays : Botswana, Jordanie, Maroc et Maurice.  D’autres pays tels que le Cameroun, la Cote d’Ivoire, l’Égypte et l’Algérie vont prochaine bénéficier du déploiement d’un réseau 4G sur leur territoire.
Les réseaux mobiles sur le continent africain : un rôle clé qu’ils ne tiennent nulle part ailleurs

Démocratiser l’accès à Internet

En raison d’un habitat fortement dispersé, l’Afrique a longtemps misé sur les communications satellites, coûteuses mais adaptées à ses besoins spécifiques. Aujourd’hui, avec le déploiement d’Internet, c’est toute une infrastructure qu’il s’agit désormais de déployer, en utilisant :

  • Les pylônes radios.
  • Les câbles sous-marins pour acheminer les communications internationales.

Ces travaux constituent une étape importante, complexe et coûteuse : ils doivent donc être durables. Alors les câbles déployés sont systématiquement des fibres optiques ou des câbles sous-marins de très haute capacité, dont la durée de vie moyenne est de 10 ans. Seuls les équipements placés à chaque extrémité sont évolutifs. Leur capacité initiale peut être de 10 Gb, puis passer à 100 Gb.
Grâce au déploiement de ces infrastructures à très haut débit par fibre optique, le prix de la connectivité a pu être divisé par 7 dans certains pays d’Afrique.

  • Fin 2015, une nouvelle étape majeure a été franchie avec la mise en service du câble sous-marin ACE (Africa Coast to Europe) : 17 000 km de fibre optique desservant toute la façade Atlantique du continent, mis en place par un consortium mené par Orange et ses filiales locales (Côte d’Ivoire Telecom, Orange Cameroun, Orange Mali, Orange Niger et Sonatel…).