3 questions à Michel Lévy-Provençal, fondateur de TEDxParis : “Un talk, c'est d'abord et avant tout une histoire

A la tête de TEDxParis depuis 2009, Michel Lévy-Provençal est devenu une figure emblématique du monde des talks et des conférences. C’est donc avec lui que nous sommes allés cette semaine discuter idées et manière de les mettre en forme.

Orange Pop: Comment est né ce projet d’organiser des conférences TED à Paris ?

Michel Lévy-Provençal : TEDxParis a été créé en 2009. Avec des amis, nous avions une envie débordante d’inviter des intervenants sur une scène afin qu’ils puissent nous faire découvrir leurs univers pleins d’idées nouvelles. J’ai donc contacté TED pour leur dire que je trouvais ça dommage qu’il n’y ait pas de conférence de ce type en France. Coup de bol, au même moment, TED lançait le programme TEDx, une licence qui permet d’organiser ces événements partout dans le monde via des membres de leur communauté. Il m’ont donc proposé d’être le premier à lancer TED en Europe en créant un événement à Paris. Nous sommes alors devenus la première conférence TEDx ainsi que la première communauté TEDx en termes de taille.

O. Pop : Quelles sont les difficultés liées à l’organisation de ce type d’événements ?

M.L.P : En 2009, ce format n’était pas vraiment démocratisé. Il a fallu développer une méthode pour accompagner nos intervenants, de sorte à ce qu’ils puissent être efficaces sur scène. Aidé de gens venus du théâtre et du développement personnel, j’ai donc constitué un certain nombre de techniques et de pratiques que nous appliquons aujourd’hui avec nos intervenants. Déjà, il faut savoir qu’un bon talk n’est pas un talk improvisé. Un bon talk, ça se prépare. En construisant la structure, en réfléchissant au message qu’on veut transmettre, en identifiant les anecdotes sur lesquelles on s’appuie pour raconter cette histoire. Car un talk, c’est d’abord et avant tout une histoire. Et puis ça se répète. On ne fait jamais intervenir quelqu’un sur scène avant qu’il ait répété au moins 3 fois. On dit aussi que l’introduction doit être hyper percutante, faire appel à la surprise, à l’émotion pour attirer très vite l’attention du public. Même chose pour la conclusion. J’ai d’ailleurs réuni ces astuces dans le livre Révélez le speaker qui est en vous ! publié chez Pearson en 2013.

O. Pop : A quel point les conférences, les idées et la manière qu’a TED de les diffuser peuvent changer le monde ?

M.L.P : C’est l’idée première de TED : des idées qui méritent d’être partagées. Évidemment, développer une idée pendant 15 minutes sur une scène ne suffit pas à changer le monde. Mais c’est un hameçon, un catalyseur, une étincelle. Les gens dans le public peuvent se dire“Wow pourquoi pas moi ?” et ensuite essayer d’aller plus loin. Sur la base de feedback de ce type au sein de notre communauté, nous avons d’ailleurs créé il y a 5 ans un nouveau format plus long qui s’appelle L’Echappée volée. Cet événement dure trois jours au lieu de durer une après-midi. On y retrouve des talks, mais aussi des expériences qui permettent aux participants de toucher du doigt ces nouveautés et ces innovations qui sont présentées sur scène. C’est aussi un moyen de créer du lien avec les participants, de leur permettre de rencontrer des acteurs du changement et de commencer à mettre le pied à l’étrier. La prochaine édition de L’Echappée voléeaura lieu du 12 au 14 mai.

Michel Lévy-Provençal © mikiane.com