La réalisatrice nigérienne Rahmatou Keita

Si les cinéphiles connaissent peut-être déjà son nom et son oeuvre, Rahmatou Keita n’est pas une réalisatrice connue du grand public. Elle, ce qui l’intéresse c’est de raconter des histoires dont personne ne parle, ou presque, avec en toile de fond la richesse des cultures, des paysages, des langues et des rencontres que peut offrir le continent africain.

Sahélienne née au Niger, elle est d’origine PeuhlSonrhay et Mandingue et réside en France depuis ses études de philosophie et de linguistique à Paris. Journaliste en presse écrite, radio et télévision, chroniqueuse, présentatrice, animatrice d’émission, reporter et cinéaste, son parcours est à l’image de ses films et documentaires, denses, riches, curieux et sensibles.

Son premier long métrage de fiction, Zin’naariyâ! – L’Alliance d’or, a été présenté et sélectionné au Festival International du film de Toronto en septembre 2016, mais aussi au London Film Festival et au festival Écossais Africa in Motion la même année. Il raconte l’histoire d’une jeune fille issue d’une famille aristocratique du Sahel nigérien. Cette dernière se languit de son amoureux qui tarde à venir l’épouser. Un véritable conte amoureux et esthétique qui tout en montrant la beauté de la femme africaine, valorise les langues locales et plonge le spectateur dans les mystères envoûtant du Sahel.

La très inspirée et hypnotique Rahmatou Keita © Amun – Film Africa