Sommet Digiworld : la confiance au cœur de l’Europe numérique

Le 38ème sommet Digiworld, organisé par l’Idate (Institut de l'audiovisuel et des télécommunications en Europe), s’est tenu à Montpellier du 15 au 17 novembre.

Au programme de cette nouvelle édition baptisée "The Digital Trust Economy" les questions de confiance numérique, à commencer par la sécurité et la protection de la vie privée, ont été au cœur des 3 jours de conférences et de débats.

Les sessions plénières ont été consacrées aux questions suivantes:

  • Avons-nous atteint le seuil de tolérance en matière de confiance dans le numérique ?
  • Comment les acteurs historiques que sont les équipementiers et les opérateurs de télécoms peuvent-ils tirer parti de la nouvelle donne ?
  • Faut-il un nouveau cadre réglementaire et de nouveaux modes de régulation pour encadrer et renforcer la confiance des acteurs du marché et des consommateurs ? 
  • Comment appréhender les risques associés aux véhicules autonomes connectés et plus généralement à la généralisation de l’Internet des objets ?

Au cours des débats, les acteurs majeurs du numérique ont partagé leurs visions. Ramon Fernandez, Directeur des Finances et de la Stratégie du Groupe Orange, considère qu’être un partenaire de confiance représente un atout face à l’émergence d’acteurs numériques dans un monde de plus en plus ouvert et complexe. Toujours du côté des télécoms, Telefonica défend l’idée que le rôle d’un opérateur est de donner au client le contrôle de sa vie numérique.

La Commission Européenne a présenté sa vision du futur de la connectivité en Europe au travers de ses projets de nouveau Code des Communications Electroniques et d’accès Wifi gratuit dans les lieux publics, et de son plan d’action européen pour la 5G.

La Présidente de la CNIL, Isabelle Falque-Pierrotin, a mis en avant le règlement européen « GDPR » (General Data Protection Regulation) qui vise à renforcer et à harmoniser la protection des données personnelles chez toutes les entreprises visant des utilisateurs européens. L’ARCEP a, quant à elle, pointé le fait que les acteurs de l’Internet sont mondiaux, et par conséquent, l’approche règlementaire devrait être au moins Européenne.

Par ailleurs, le sujet de la blockchain a été régulièrement abordé au cours de la conférence. Son apport pour la sécurité et la protection des données personnelles, sa capacité à se substituer aux tiers de confiance et notamment aux acteurs historiques du secteur de la banque, ont été débattus. Il a été aussi question de son lien possible avec la gestion sécurisée et décentralisée de l’identité numérique.

Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du numérique et de l'innovation, clôturait cet évènement et a promis que la France serait le pays le plus connecté d'Europe d'ici dix ans.

Les sessions étaient prolongées l’après-midi par des forums spécialisés revenant sur 7 principales thématiques : objets connectés, TV et vidéo, Fintech, jeu vidéo, ville intelligente, Afrique numérique et réseaux du futur.

 

En savoir plus