Armés pour la vie active : comment le digital leur a permis de rebondir

Pourquoi se former aux technologies si l’on ne se destine pas au métier d’ingénieur ou de programmateur ? Parce que nous vivons dans un monde où, quel que soit son métier, son âge et son parcours, le digital est présent d’une façon ou d’une autre. Orange.com est allé à la rencontre de trois personnes convaincues qu’intégrer le digital dans sa formation prépare à être acteur du monde de demain.

« J’ai découvert que j’avais un truc pour les nouvelles technologies », Léo

Léo, 19 ans, a arrêté l’école en 3e après avoir ressenti que les études n’étaient pas sa voie. Un CAP de boulangerie en poche et quelques années de doutes plus tard, il est orienté par une mission locale vers le FabLab Solidaire de l’IUT de Bordeaux.
Les FabLabs Solidaires sont des laboratoires qui sensibilisent les jeunes en rupture scolaire ou professionnelle aux nouvelles technologies et leur permettent d’acquérir de nouvelles compétences.
« J’ai découvert que j’étais habile de mes mains et que j’avais un truc pour les nouvelles technologies. Là-bas, deux heures par jour, on a la possibilité d’apprendre l’informatique, de connaître des nouvelles technologies comme l’impression 3D ou la découpe laser et de réaliser nos projets. En partageant nos expériences, on arrive à progresser et à faire aboutir les projets de chacun ». Léo occupe aujourd’hui un poste de concepteur et d’animateur scientifique dans le FabLab où sa nouvelle vie a commencé.

« J’ai repris confiance en moi », Janet

Elle en parle comme d’un nouveau départ. Janet, jeune femme sans emploi, ne savait pas par où commencer. « Les ordinateurs, ce n’était pas mon fort et sans les connaissances de base, trouver un emploi était difficile ».
Janet prend alors contact avec l’association Initiatives au Féminin grâce à laquelle elle assiste aux ateliers de la Maison Digitale de Rennes. « J’ai appris à me servir d’Excel, Word, PowerPoint, et je me suis préparée aux entretiens sur Skype. J’ai repris courage et confiance en moi grâce à ces ateliers ». Janet a été embauchée comme secrétaire d’accueil il y a 6 mois. L’informatique, qui était pour elle un obstacle, est devenu sa pratique quotidienne.

Retrouvez Léo et bien d’autres témoignages...
Retrouvez Léo et bien d’autres témoignages...

« Aider les entrepreneurs de demain », Clément

A l’heure où l’âge moyen d’accès au premier CDI a reculé à 27 ans, nombreux sont les jeunes qui, inspirés par les success stories des start up numériques, se lancent dans l’entreprenariat et veulent développer leur idée.
Clément, enseignant à l’EM Lyon, a créé CODDAPS, le premier MOOC pour apprendre à coder une application mobile à des entrepreneurs. « Le public du MOOC est essentiellement jeune et international », explique-t-il. « Il s’agit surtout de professionnels désireux d’acquérir les bases du coding pour mieux communiquer avec les développeurs, manipuler les datas de manière efficiente, ou concevoir eux-mêmes un prototype d’appli ».
Ouvert à tous, le MOOC permet à ces futurs entrepreneurs d’imaginer plus concrètement leur service ou leur application. Dans le secteur digital, l’entrepreneur doit être agile et avoir plusieurs cordes à son arc.

Orange et la formation numérique

Convaincu que le numérique est un formidable vecteur de développement personnel et professionnel, Orange finance des projets internationaux favorisant l’apprentissage par le numérique dans diverses régions du monde, contribuant ainsi à leur développement local, que ce soit en Espagne, via le programme Sé digital ou à Madagascar avec l’ouverture de l’Orange Business School.
En favorisant de nouveaux modes d’apprentissage et la formation à distance, le numérique apporte également une aide précieuse aux personnes en difficultés en leur offrant une seconde chance. C’est pourquoi la Fondation Orange soutient des programmes d’éducation numérique en France et dans le monde à destination des jeunes en rupture avec l’enseignement classique et le monde professionnel au sein des Fab Labs Solidaires et à des femmes sans qualification et sans emploi au sein des Maisons digitales.