La recherche chez Orange (troisième partie) : comment l'IoT va transformer nos pratiques?

Avec 25 milliards d’objets connectés attendus d’ici 2020, l’IoT promet de révolutionner notre quotidien. Avant que cette technologie attise la créativité de nombreux innovateurs, la mise en place d‘un cadre technologique est indispensable. C’est sur ce terrain qu’Orange s’engage, mobilisant ses équipes de recherche en vue préparer la voie à notre quotidien connecté de demain.

L’interconnexion des objets en première ligne

« L’Internet des Objets désigne l’extension de l’Internet au monde physique, et même véritablement, à terme, la fusion du monde digital et du monde physique » explique Thierry Coupaye, Directeur du Domaine de Recherche IoT chez Orange.

« Avec l’IoT, le rapport au digital dans le quotidien sera de plus en plus immersif et intuitif », explique Lyse Brillouet, Directrice du Domaine de Recherche Digital Society chez Orange. « Un exemple parlant est celui de la domotique, qui repose sur la centralisation et l’interconnexion entre les différents systèmes qui digitalisent l’habitat. Demain, votre système d’alarme, votre radio et tous les autres dispositifs seront actionnés en chaîne par des actions très simples et naturelles. »

À terme, l’IoT ce sera des objets capables de se parler et d’interagir les uns avec les autres dans un scénario initié par un humain.

« Cette vision ne peut se réaliser pleinement aujourd’hui car l’IoT est un univers encore très fragmenté, avec de nombreux écosystèmes sectoriels d’objets, de technologies, d’applications, qui constituent autant d’ilots » précise Thierry Coupaye.

Pour que ces éléments fonctionnent ensemble de façon coordonnée et fluide, l’internet des objets fera appel à plusieurs briques technologiques, sur lesquelles les laboratoires de recherche d’Orange travaillent :

  • l’élaboration d’un langage standardisé, commun à tous les capteurs de l’internet des objets, pour que ceux-ci puissent converser,
  • la mise en œuvre de plateformes de service et d’intermédiation entre des objets aux protocoles et caractéristiques hétérogènes,
  • la mise en œuvre de technologies de pilotage vocal, via un assistant personnel, permettant de converser avec un objet connecté, à l’instar de l'assistant Alice,
  • la réflexion sur les usages dans certains secteurs comme la santé, les transports…

Thierry Coupaye, Directeur du Domaine de Recherche IoT chez Orange.
L’IoT désigne l’extension de l’Internet au monde physique, et même véritablement, à terme, la fusion du monde digital et du monde physique.
Thierry Coupaye, Directeur du Domaine de Recherche IoT chez Orange.

Sécuriser l’IoT : la blockchain arrive en renfort !

« Contrairement aux idées reçues, les objets connectés n’auront pas forcément un propriétaire unique : ils pourront faire l’objet de prêt, d’usufruit, être publics ou collectifs », rappelle Lyse Brillouet. « La mise en place d’un système de gestion d’accès aux données est donc indispensable pour filtrer des cas d’usage particuliers ou limiter leur utilisation dans le temps. » Pour répondre à ces besoins, la recherche Orange travaille sur les potentialités de la technologie blockchain, issue du domaine financier.

Le blockchain est une technologie décentralisée de stockage et de transmission d’informations : elle permet la création de bases de données partagées, sans intermédiaire, qui archivent tous les échanges effectués entre ses utilisateurs. Si son utilisation est plutôt axée sur le transfert d’actifs comme les monnaies virtuelles – à l’instar du bitcoin –, ses caractéristiques pourraient en faire un système robuste capable de gérer les autorisations d’accès à un objet connecté, en temps réel. 

Des champs d’application très ouverts

Si les équipes de recherche d’Orange se penchent avec autant d’intérêt sur l’IoT, c’est que celui-ci offre des perspectives dans de nombreux secteurs. En premier lieu dans le domaine de la ville intelligente. Objectif : exploiter la puissance des objets connectés pour optimiser l’utilisation des ressources énergétiques et fluidifier les flux de déplacement. À Alba Iulia, en Roumanie, un dispositif complet reposant sur l’installation de capteurs permet d’analyser les flux de transport, mesurer les paramètres environnementaux, gérer l’éclairage public et l’alimentation en eau…

Lyse Brillouet
Avec l’IoT, le rapport au digital dans le quotidien sera de plus en plus immersif et intuitif
Lyse Brillouet, Directrice du Domaine de Recherche Digital Society chez Orange.

La santé est également un domaine de recherche prometteur : au-delà de la collecte de données de santé, initiée par les wearables, l’IoT devrait permettre de créer une chaîne de collecte par les objets communicants autour des pratiques médicales, du respect des normes et des règles de vie privée des patients. L’expérimentation de la technologie blockchain peut également servir à assurer la gestion du consentement des patients.

« La voiture connectée ouvre quant à elle un champ de recherche transverse, à 360° », prédit Lyse Brillouet. « Dans ce domaine, l’IoT offre des perspectives intéressantes aussi bien en matière de services numériques aux passagers, de monitoring des performances du véhicule en temps réel, que d’analyse des infrastructures routières et de gestion du trafic. » En vue de couvrir le large champ des possibles ouvert par les objets connectés, Orange noue des partenariats de recherche avec des acteurs tels que PSA et Ericsson.

En savoir plus sur la recherche Orange