Réalité virtuelle : quand l’entertainment se mue en mode de communication

C’est à l’occasion de Roland-Garros, qu’Orange, partenaire innovation de l’événement, dévoile son expérience de réalité virtuelle collaborative. Le point sur cette grande première. Que va-t-elle changer dans notre manière de communiquer ? Réponse avec Luc Bretones, directeur du Technocentre Orange et directeur d’Orange Vallée.

On ne « consomme » plus aujourd’hui les contenus de la même façon. Comment expliquer ces changements ?

L’évolution des modes de consommation des contenus remet l’utilisateur au centre de toute l’attention. C’est le cas de l’intelligence artificielle avec les assistants personnels, des nouvelles interfaces vocales et de leur plus grande fluidité ou bien encore du chat qui permet à l’utilisateur de choisir quand et comment il interagit avec une marque. Sans oublier la réalité virtuelle (VR) !

Orange promet, à Roland-Garros, une expérience inédite de réalité virtuelle. De quoi s’agit-il ?

Nous proposerons en effet deux dispositifs cette année. Holotennis sera la première expérience de réalité virtuelle collaborative dans le domaine du sport qui téléportera les utilisateurs sur le court Philippe-Chatrier de Roland-Garros. Deux joueurs, filmés en caméra 3D, se verront en hologramme grâce à un casque de réalité virtuelle et échangeront des balles. Ils s’affronteront sur le court alors que l’un sera sur le stand Orange, et l’autre au Roland-Garros Lab !
Puis, grâce à Holographe, des personnalités vivront une expérience immersive avec leurs fans. Ils échangeront quelques balles ensemble avant de leur signer un autographe virtuel en hologramme qui leur sera envoyé par mail.

Comment sont nées ces deux applications étonnantes ?

Orange, partenaire de longue date de Roland-Garros et de la Fédération Française de Tennis (FFT), a fait de Roland-Garros un véritable terrain de jeu en y expérimentant de nombreuses innovations (Wi-Fi, beacon, 4K, Big Data…). L’idée d’Holotennis a germé il y a seulement un an mais sa concrétisation met en œuvre des technologies sur lesquelles nous travaillons depuis plusieurs années : réalité virtuelle, haut débit, etc.

 

Si Holotennis et Holographe sont deux usages amusants de la réalité virtuelle, ils testent une expérience client qui se généralisera si le public y adhère.
Luc Bretones, directeur du Technocentre Orange et directeur d’Orange Vallée

 

Comment et pourquoi Orange s’est impliqué dans la réalité virtuelle ?

Orange est légitime dans ce domaine car cette technologie, ainsi que la vidéo 360°, exigent des réseaux à haut débit et des capacités importantes de calcul sur site ou dans le réseau, que nous pouvons fournir de bout en bout.
Notre effort de recherche, de longue haleine, s’est concrétisé fin 2016 avec le programme pilote Orange VR Expérience. Il permet aux participants d’accéder gratuitement à un catalogue d’expériences VR premium.

Existe-t-il un marché pour la VR et le 360° ?

Ces technologies sont popularisées par les jeux, puis par les applications de tourismes, d’assistance… Parallèlement, les équipements se démocratisent et permettent aux utilisateurs de partager dès aujourd’hui un événement sportif ou une visite touristique en direct. Si Holotennis et Holographe sont deux usages amusants de la réalité virtuelle, ils testent une expérience client qui se généralisera si le public y adhère. Un service ou une technologie sont acceptés s’ils offrent un service utile au quotidien, d’un usage naturel et simple.

Ces technologies se cantonnent-elles aux loisirs ?

Ces offres sont aujourd’hui portées par le gaming, mais les visites en immersion et les applications professionnelles se développeront. Elles préfigurent ainsi d’un nouveau mode de communication. Avec la vidéo 360°, la réalité virtuelle et les hologrammes, un utilisateur pourra par exemple participer à une réunion de famille à distance, auprès de ses proches. La captation 360° est déjà possible à faible coût, le très haut débit avec la Fibre ou la 5G généraliseront cette expérience.
Président d’Orange Solidarité, une association qui lutte contre la fracture numérique, j’ai été frappé par l’émotion d’une personne isolée qui peut  « partager un repas » avec sa famille par l’intermédiaire d’une tablette posée devant elle. Il s’agit d’une application très humaine des nouvelles technologies !