SooGREEN : un pas de plus vers des services numériques respectueux de l’environnement

Chaque jour, dans tous les secteurs de l’activité humaine, le numérique transforme toujours plus le monde ce qui a une conséquence inévitable : une consommation croissante en énergie. C’est pourquoi Orange travaille depuis plus de 10 ans à l’optimisation énergétique de ses réseaux et équipements. Une nouvelle étape a été franchie en 2015 avec le lancement de SooGREEN, une initiative collaborative internationale, grâce à laquelle Orange vise une optimisation des services, de bout en bout. Les explications de Gwenaelle Delsart, Coordinatrice du projet, et d’Azeddine Gati, Department Manager chez Orange Lab.

Un projet de recherche international

Depuis 10 ans, Orange veille à limiter la consommation énergétique de ses réseaux. Chaque équipement, chaque segment du réseau a été étudié sous l’angle de cette optimisation, composant par composant.

En 2015, nous avons réalisé qu’il fallait aller plus loin : cibler une optimisation opérationnelle en améliorant les services. Une voiture peut être « économe », mais c’est avec l’écoconduite que l’on exploitera pleinement cette qualité. C’est pourquoi nous avons lancé l’initiative SooGREEN, une approche de bout en bout, pour optimiser l’usage des services
Gwenaelle Delsart, Coordinatrice du projet

SooGREEN est un projet de recherche collaboratif, impliquant 16 partenaires dans 5 pays – opérateurs, équipementiers, universitaires – lancé et piloté par Orange. Son objectif : réduire la consommation des réseaux tout en garantissant la même qualité de service.

Orange s’est engagé, dans le cadre de la COP21, à réduire de 50 % sa consommation réseau par usage client. SooGREEN est l’un des moyens d’atteindre cet engagement, mais aussi de répondre aux attentes de nos clients. Ceux-ci sont de plus en plus nombreux à vouloir « consommer responsable » en choisissant des fournisseurs qui tiennent compte des enjeux liés au changement climatique.
Azeddine Gati, Department Manager chez Orange Lab

Un indicateur pour comparer les solutions

L’une des premières concrétisations de SooGREEN est un indicateur d’efficacité électrique qui rapporte la consommation électrique à l’usage d’un service, de bout en bout.

Nous voulons standardiser une mesure à l’international pour pouvoir partager des bonnes pratiques, comparer différentes solutions, réseaux ou services… Cet indice permet aussi d’évaluer des hypothèses – « La virtualisation des réseaux permet-elle de faire des économies d’énergie ? » – et de challenger les fournisseurs de service – « Quelle est la consommation d’un service comme YouTube ou Twitter sur mon réseau ? » ou « Comment profiter des marchés de connectivité en 5G ? » – pour faire les meilleurs choix et éco-concevoir les services de demain avec nos partenaires industriels.
Azeddine Gati

Dans ce programme, la force d’Orange consiste à mettre à contribution de nombreuses ressources et expertises : Orange Lab Networks et ses spécialistes radio ou ses experts de la modélisation, Orange France pour des essais grandeur réelle sur le réseau, ou encore Orange Maroc et Orange Slovaquie qui ont fourni des données pour alimenter l’étude.

Objectif : zéro conso à zéro trafic

SooGREEN a aussi mené à d’autres actions concrètes comme l’élaboration et la standardisation des modes veille sur les équipements en 5G, l’usage des communications entre mobiles pour soulager les réseaux ou bien le recours aux smart grids comme lien entre les réseaux de communication et les réseaux d’énergie. Son objectif ultime demeure néanmoins le « zéro consommation à zéro trafic ».

Dans les premières générations de réseaux, les équipements étaient allumés en permanence : la consommation d’énergie était identique et maximale, quel que soit le trafic. Cela n’est plus acceptable ! C’est pourquoi nous généralisons le mode veille et optimisons nos équipements. Orange a d’ailleurs stabilisé sa consommation cette année, malgré la hausse de trafic et l’extension du réseau. De même, la 5G sera conçue pour intégrer cette optimisation en fonction du trafic. La prochaine étape ? Profiter des marchés de connectivité pour mutualiser les équipements en période de bas trafic : la nuit ou l’hiver dans une station balnéaire par exemple. Après « l’écoconduite », c’est « le covoiturage » qu’il faudra déployer.
Gwenaelle Delsart

Un enjeu dès la conception du service

Enfin, SooGREEN a mis en évidence le poids des services. Au-delà de la consommation spécifique des réseaux et de leurs équipements, c’est aussi dans les programmes et les algorithmes qu’il faut intégrer la notion d’économie d’énergie.
Alors, c’est aussi aux concepteurs de services d’agir.

Aujourd’hui, un concepteur ou un développeur vise uniquement la rapidité et l’ergonomie de son service. Il ne prend pas en compte l’optimisation énergétique. Il faut changer cela ! Orange, déjà, veille à optimiser ses services dès la conception. Il faut maintenant sensibiliser nos partenaires, les écoles et universités, et bien sûr, tous les éditeurs de services.
Azeddine Gati