Le numérique et la banque : un duo d’avenir

Les services digitaux sont en train de changer profondément les habitudes bancaires dans le monde.  Les néo-banques attirent de plus en plus de clients, toutes générations confondues. L’Observatoire des usages du digital qui étudie ces nouveaux comportements, vient de consacrer une enquête à ce que l’on appelle « l’afterbanking ».

Comment consomme-t-on la banque aujourd’hui ? Les clients sont-ils prêts à basculer vers une gestion plus autonome et digitale de leurs finances ?

L’enquête regroupe plus de 7000 interviews dans 5 pays d’Europe : la France, l’Espagne, la Suède, la Roumanie et le Royaume-Uni. Ce qui retient l’attention est la volonté universelle des clients à plus d’autonomie, de liberté et de transparence. Les néo-banques et leurs applications sur smartphone permettent des réponses immédiates, des opérations bancaires facilitées et rapides quelle que soit l’importance de la transaction.

La banque digitale prend le pas sur la banque « physique ». Une défiance s’est aussi installée au fil du temps : 89% des français sont persuadés que les banques pensent d’abord à leurs intérêts avant de s’inquiéter de ceux de leurs clients.

Plus étonnant : le conseiller n’est pas pressenti comme indispensable. 43% des clients n’ont jamais rencontré leur conseiller, 51% affirment pouvoir s’en passer et ils sont même 50% à être prêt à communiquer avec une intelligence artificielle. Ce fait est encore plus marqué en Espagne avec  66% des personnes interrogées  d’accord pour s’en remettre totalement  à l’IA.

La mobilité au cœur des usages

Dans les transformations notables, on remarque le changement des moyens de paiement. La majorité des personnes interrogées pensent sérieusement à remplacer la carte bancaire par le smartphone d’ici 5 ans et c’est le sentiment de 57% des Français. Dans la foulée, 62% prédisent la disparition des chèques dans le même laps de temps.

L’agilité, la mobilité, les avantages d’un fonctionnement international réactif rendent le paiement par mobile particulièrement attractif. De la réservation d’un logement à l’obtention d’un prêt à moindre coût, les applications mobiles font aujourd’hui partie de notre quotidien. .  La banque en ligne ou mobile est donc une suite logique de l’évolution numérique.

Transformation de taille : la mobilité bancaire n’effraie plus personne. Chaque client est devenu son propre maître. Il peut comparer, voir les avantages à l’usage, évaluer les services et déterminer quelle sera la banque la plus adaptée à une période de sa vie, puis décider qu’elle ne le sera plus dans 3 ans et en changer avec une grande facilité. Révolus les clients soumis et parfois contrits devant leur banquier au moindre découvert. Le pouvoir passe du côté des clients.

Balayé aussi le cliché du client de néo-banque geek et vingtenaire.  Le profil du client type  a en moyenne 47ans, dont 63% d’hommes et 37% de femmes. Demain, cette population va largement se féminiser : elles seront 52% à choisir une banque mobile ou en ligne et 65 % à en faire leur banque principale.

Les néo-banques ont de beaux jours devant elles…