La neurodiversité : pourquoi Orange s’engage

20 % de la population mondiale est considérée comme neuroatypique. Les personnes neuroatypiques disposent de compétences cérébrales qui traitent l’information différemment et leur permettent d’envisager le monde autrement. Quand on les encourage à exprimer leur potentiel, elles peuvent contribuer au développement de la société. Convaincues par l’impact positif d’équipes neurodiverses sur leur performance économique, des entreprises pionnières ont mis en place des programmes d’inclusion dédiés.
Focus sur nos défis, nos actions, nos travaux et productions en faveur de la neurodiversité au travail.

 

Qu’est-ce que la neurodiversité ?

La neurodiversité désigne l’ensemble des variations l’ensemble des variations des cerveaux et des esprits. À l’image de la biodiversité, cette notion se réfère à l’ensemble des profils cognitifs humains. Elle englobe les personnes ayant un profil cognitif répandu tout autant que celles ayant un profil cognitif minoritaire, les « neuroatypiques », et véhicule l’idée que la diversité - ici des formes et mécanismes de pensée – est souhaitable et bénéfique.

Parmi les neuroatypies, on distingue notamment

  • le trouble du spectre autistique,
  • les troubles "DYS", présentant des formes de dyslexie, dyscalculie, dysgraphie, dysorthographie, dyspraxie
  • les Haut Potentiel Intellectuel (HPI)
  • le Trouble de Déficit de l’Attention, avec ou sans Hyperactivité (TDA-H4)
  • les personnes atteintes de Troubles Obsessionnels Compulsifs (TOC), ou encore du syndrome de Gilles de la Tourette.

Ces profils neurominoritaires présentent des faiblesses dont il faut tenir compte mais aussi des forces issues de leurs capacités de raisonnement et d’interaction différentes qui peuvent enrichir le collectif. Les personnes neuroatypiques peuvent cumuler plusieurs des caractéristiques citées précédemment, dont certaines peuvent être reconnues comme étant un handicap (parfois invisible), qui peut faire l’objet d’un diagnostic et d’une Reconnaissance de la Qualité de Travailleur Handicapé (RQTH).

 

 

Des potentiels aux compétences multiples, précieuses en entreprise

La neurodiversité est encore peu prise en compte en entreprise. Les politiques de diversité comprennent rarement des mesures d’inclusion adaptées aux personnes neuroatypiques pourtant victimes de discriminations. 85 % des personnes présentant des différences cognitives sont au chômage et leur potentiel est sous exploité.

Les environnements de travail sont conçus pour être adaptés au plus grand nombre et peuvent constituer des obstacles au bien-être des personnes ayant un mode de fonctionnement et de raisonnement atypique.

Certaines entreprises notamment anglo-saxonnes, ont fait de l’intégration de la diversité cognitive un levier de performance. Les capacités de raisonner « hors du cadre » combinées à des approches plus habituelles permettent de stimuler l’innovation, d’identifier des solutions originales et de repérer des dysfonctionnements au sein de l’entreprise. Il a été constaté par exemple dans le milieu de l’IT, qu’une équipe aux talents et aux profils divers apportait un plus grand nombre de demandes de brevets et de développement d’outils innovants.

Alors que le sujet de la neurodiversité a longtemps été ignoré dans les politiques diversité et inclusion des organisations, il est désormais prouvé que sa prise en compte génère des gains de performance sociale et économique pour les entreprises.

Les entreprises de la tech dans le monde anglo-saxon notamment, en font un axe de recherche de candidats spécifiques, porteur de Trouble du Spectre Autistique par exemple, en raison de leur excellente capacité de mémorisation et leur grande sensibilité aux détails pour le développement de programmes ou de collecte de données.

Elizabeth Tchoungui Directrice exécutive RSE

 

Elizabeth Tchoungui, Directrice exécutive, RSE, Diversité et Solidarité du Groupe
Présidente déléguée de la Fondation Orange

 

 

Comment favoriser la diversité cognitive ?

La reconnaissance de la diversité cognitive doit se traduire par une politique volontariste d’inclusion des "neurominorités". Cela s’exprime notamment par la mise en place d’actions de sensibilisation, de process de recrutement adaptés, d’aménagement des lieux de vie collective et du temps de travail afin d’offrir des solutions adéquates qui respectent les différences propres à tous types de cerveaux humains. Comme toute démarche d’inclusion, celle-ci enrichit les expériences de tous les salariés.

 

Orange s’engage

Engagés de longue date dans une politique RSE volontariste, notre démarche proactive se concrétise par des accords, chartes et programmes en faveur de la diversité et de l’inclusion. Parce que la prise en compte de la neurodiversité crée une véritable valeur ajoutée pour les équipes et l’organisation, nous avons décidé en avril 2021 de créer le programme Neuroteam. Aujourd’hui, alors que notre connaissance du sujet est plus mature, nous accélérons notre démarche en inscrivant nos ambitions et défis sur le sujet dans un « Manifesto ».

 

Chez Orange, nous souhaitons donner les moyens à chaque personne, quelles que soient ses singularités, de pouvoir exprimer son potentiel pour participer pleinement au développement de l’entreprise. C’est pourquoi nous avons décidé de faire de la neurodiversité un axe de notre politique d’égalité des chances, au même titre que l’âge, l’origine, l’opinion, le handicap, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.

Elizabeth Tchoungui, Directrice exécutive, RSE, Diversité et Solidarité du Groupe Présidente déléguée de la Fondation Orange
 

 

Neuroteam : notre programme dédié à la diversité cognitive

Lancé à l’occasion des 30 ans d’actions de la Fondation Orange en avril 2021, le programme Neuroteam a marqué la nouvelle impulsion du Groupe pour faire de la diversité cognitive un atout de performance et de bien-être au travail au sein de l’entreprise.
Parrainé par nos directions RSE et RH, le programme a pour ambition de faciliter la collaboration au sein des équipes, de limiter les biais et les stéréotypes, de s’ouvrir à de nouveaux talents dès le recrutement et d’enrichir les démarches de développement et d’innovation.
 

À vocation internationale, Neuroteam mobilise un groupe de travail pluridisciplinaire associant  diverses forces vives du Groupe issues de différentes fonctions métiers et de membres de la communauté salariée « les Z’Atypiques ».  
Animé par la direction "Diversité et Inclusion", notre programme favorise la transformation des pratiques et le partage d’expériences dans le but d'accroître l’intégration et le maintien dans l’emploi des personnes neuroatypiques.

 

Nos actions emblématiques

Des groupes de travail ont été lancés autour du recrutement, du management, de la sensibilisation des équipes (notamment des acteurs de la prévention et santé au travail) et de la communication. Il est important d’acculturer le plus grand nombre au sein des équipes, de donner de l’information sur un sujet complexe et de lever les barrières en luttant contre les stéréotypes.

Nous avons enrichi l’auto-diagnostic destiné au management inclusif avec des questions sur la neurodiversité.

Nous avons aussi formé nos recruteurs à l’intégration de la diversité cognitive dans les processus de recrutement en commençant par les campagnes de stage (plus de 2000 offres à pourvoir chaque année) : nous recherchons avant tout des compétences ! Cette formation est déjà reprogrammée pour la fin 2022.

 

Nous croyons en la force des coalitions pour créer de l’impact positif et sommes engagés dans des collectifs internationaux : l’Organisation Internationale du Travail, le « SAP Autism Inclusion Pledge » et GSMA, The Valuable500. Nous sommes fier membre fondateur de Neurodiversity in Business crée au UK.

 

 

Fondation Orange s’engage à aider les personnes avec autisme et leurs familles

30 ans d’engagements au côté des personnes avec autisme et de leurs familles
Depuis 1991, la Fondation Orange est la seule Fondation d’entreprise à faire de l’autisme un axe de mécénat. (…) En trois décennies, 30 millions d’euros ont permis de soutenir plus de 2 350 projets en Europe et en Afrique dont plus de 200 programmes de recherche, 1 450 structures d’accueil et 24 initiatives d’habitat inclusif. Chaque année, 3 500 personnes bénéficient de notre soutien dans le secteur de l’autisme.