23 septembre 2020

Écolo, altruiste, tech-optimiste, sceptique : quel acteur de la reprise êtes-vous ?

Si pour certains, la crise a été l’occasion de prendre davantage conscience des impératifs climatiques, d’autres considèrent que les conditions de la relance doivent d’abord passer par un modèle de société plus solidaire.
Il y a aussi ceux qui pensent que la reprise ne se fera pas sans tech et numérique. Et vous alors, vous hésitez ? Faites le test !

 

1. La décroissance pour vous, c’est :

A.    La seule voie possible pour sortir d’un modèle de surconsommation qui épuise nos écosystèmes. 
B.    Une réflexion nécessaire sur ce qui est essentiel ou non dans notre société, pour trouver un équilibre entre progrès, développement humain et transition écologique.
C.    Un retour en arrière et un renoncement au progrès, non merci !
D.    Impossible ! Tout le système repose sur la croissance et la quête de profit et ce n’est pas près de changer.

 

 

2. Que pensez-vous de la Green Tech, ces innovations qui permettent de mettre le numérique au service de la transition environnementale ?

A.    Des gadgets qui ne remettent pas en question en profondeur nos modèles de production et de consommation.
B.    Pourquoi pas, si cela peut permettre de mieux mesurer les consommations d’énergie et de réduire les émissions CO2.
Mais il faut que ces innovations s’accompagnent de mesures de sensibilisation pour un vrai changement des consciences et des comportements.
C.    Ce sont des outils formidables qui permettent de créer des emplois. S’il faut investir dans des start-up, ce sont bien celles-ci ! 
D.    Ces start-up, que font-elles de nos données ?

 

 

3. Le télétravail et le distanciel (école, télémédecine, etc.) se sont généralisés pour un grand nombre de personnes pendant le confinement.
Ça vous paraît…

A.    Une évolution plus que nécessaire pour la planète afin de réduire les émissions issues des transports, à condition de réduire également celles des data centers.
B.    Une excellente initiative pour permettre un accès plus large à des services essentiels, notamment pour les personnes isolées.
C.    Un réel progrès, une tendance de fond durable, grâce aux outils technologiques, je suis fan de la visio !
D.    Toujours moins de lien social, est-ce vraiment souhaitable ?

 

 

4. L’éducation numérique pour tous, pour vous, c’est : 

A.    Un outil prometteur, qui soulève les mêmes questions environnementales que le travail à domicile cependant.
B.    Un formidable levier de développement socioéconomique sur tous les continents ! 
C.    Tout simplement indispensable. L’éducation numérique et l’éducation au numérique !
D.    Des aménagements qui n’apportent pas vraiment de véritables solutions en faveur de l’égalité des chances. 

 

 

5. Les start-up, ces jeunes entreprises dynamiques et innovantes, peuvent miser sur l’agilité de leur modèle économique pour s’adapter aux aléas et rebondir en cas de crise. Vous vous dites…

A.    Certaines affichent une conscience écologique plus importante que leurs aînées. Intéressant et à suivre.
B.    De nouveaux emplois créés et des solutions concrètes qui peuvent participer à la réduction des inégalités, il faut les soutenir !
C.    Je me réjouis de pouvoir tester certaines innovations qui facilitent mon quotidien !
D.    Réelle vague d’innovation ou effet de mode ? Je n’ai pas la réponse.

 

 

6. La période de confinement a permis à ceux qui le pouvaient et le souhaitaient de faire évoluer leur mode vie et de consommation.
De votre côté, avez-vous adopté de nouvelles habitudes ?

A.    Du bio, du vrac, du fait maison, de la seconde main, j’ai décidé d’adopter une consommation raisonnée.
À moi les bons petits plats et la frugalité ! 
B.    Pour soutenir l’économie locale, j’ai pris l’habitude de m’approvisionner chez des producteurs du coin.
Un bon moyen de soutenir les agriculteurs.
C.    Pas de temps à perdre, je passe systématiquement par le drive et le e-commerce, plus rapide et plus pratique.
Et pas besoin de me déplacer !
D.    Ce n’est pas à moi de changer mes habitudes. Le changement de paradigme socioéconomique doit d’abord venir des gouvernements et des entreprises. 

 

 

7. La période de confinement a donné lieu à des élans de solidarité à tous les niveaux, créant des synergies entre particuliers, entreprises et gouvernements.
Selon vous…

A.    J’espère que cet élan s’accompagne également d’une prise de conscience plus globale sur le monde qui nous entoure. Il faut protéger le vivant au sens large pour sauver la planète.
B.    Pourvu que ça dure, la crise accroît les inégalités et accentue les vulnérabilités de certaines populations, il faut se serrer les coudes ! 
C.    C’est génial de pouvoir utiliser les réseaux sociaux pour ce type d’initiatives, j’ai même téléchargé une appli pour proposer mes services aux personnes âgées de mon quartier !
D.    Je pense que c’est temporaire et que l’individualisme va reprendre le dessus.