04 mars 2021

5 technologies pour répondre aux défis présents et futurs

Intelligence artificielle, Internet des Objets, cloud… Derrière ces termes se cachent parfois des concepts très techniques, pas toujours accessibles. Pourtant, ces innovations peuvent participer de manière très concrète à l’amélioration de notre quotidien et à la construction d’un futur plus résilient. La preuve par 5.

 

#1 Un accès élargi à l’éducation grâce au cloud

 

La crise sanitaire a démontré l’importance de l’enseignement à distance pour garantir la continuité pédagogique. Un mode hybride entre le présentiel et le distanciel perdurera certainement après la crise, d’où l’importance de technologies adaptées. La start-up française Omnilive par exemple, a développé une solution cloud de livestream vidéo interactif qui recrée les conditions interactives de l’enseignement présentiel. L’avantage des solutions cloud réside dans leur simplicité d’utilisation : elles ne requièrent pas d’installation de logiciel ou de création de compte, il suffit de se connecter à une URL.

 

#2 L’intelligence artificielle renforce la cybersécurité

 

Les accès à distance, notamment le cloud, posent des enjeux de cybersécurité. Pour limiter les risques d’attaque, les entreprises peuvent réaliser des audits afin de connaître les failles de leurs systèmes informatiques. Grâce à l’intelligence artificielle (IA), il est possible d’analyser les comportements des systèmes d’information de l’entreprise à partir de la modélisation des interactions habituelles entre les utilisateurs. Certaines entreprises, proposent par exemple un outil d’analyse comportementale capable de détecter des anomalies systèmes afin de prévenir les attaques et d’intervenir rapidement.

 

#3 L’Internet des Objets soutient les efforts de sobriété énergétique

 

Début 2020, plusieurs hautes instances européennes ont présenté une feuille de route sur « l’avenir numérique de l’Europe » rappelant l’importance des nouvelles technologies dans la lutte contre le dérèglement climatique. Des bâtiments ou des machines équipés de capteurs permettent de suivre et de maîtriser les consommations d’énergie en temps réel. Il peut s’agir par exemple d’interrupteurs intelligents, qui peuvent être installés sur les systèmes d’éclairage des locaux d'une entreprise. Lorsque la lumière est allumée dans une pièce est vide, l'information est transmise via le réseau IoT et traitée dans le cloud. La lumière s'éteint alors automatiquement.

 

#4 Le low tech, créateur d’emploi local

 

Qui dit innovation dit obsolescence, remplacement de l’ancien par du neuf, et donc création de déchets. Un cercle peu vertueux auquel l’approche low tech souhaite répondre, en proposant de se poser les bonnes questions en amont de la démarche d’innovation : « Les dégâts environnementaux « valent-ils » l’utilité de l’objet ou du service rendu ? » « Quelle est la durée de vie du produit ? » « Est-il réparable, réutilisable, recyclable ? »  Le low tech doit donc être utile, durable, et accessible. Il peut s’agir de reconditionner des appareils électroniques ou bien d’en construire de nouveaux à partir de matériaux existants. Ce type d’initiative vertueuse pour l’environnement favorise également l’emploi local. 

 

#5 La 5G accélèrera la télémédecine

 

Le recours à la téléconsultation s’est très largement répandu au cours des derniers mois. Les cabines de téléconsultations connectées et activées à distance par des médecins s’implantent progressivement dans les pharmacies ou sur les lieux de travail. Le principe ? Les patients prennent eux-mêmes leur tension ou leur température tandis que la consultation se déroule en visio. Grâce aux débits augmentés de la 5G, cette pratique va se généraliser en favorisant l’accès aux soins, y compris dans les déserts médicaux. En parallèle, la 5G fera également gagner un temps précieux aux services de secours et aux équipes soignantes, en permettant des échanges immédiats d’informations médicales dès la prise en charge du patient dans l’ambulance.