Les réseaux d'Orange

Dossier de presse
Février 2017

Introduction

Les réseaux, le socle de la révolution numérique

Parce qu’elle a changé les comportements, désorganisé les hiérarchies, enrichi les imaginaires, la révolution numérique bouleverse le monde. Bien sûr, elle a aussi fait naître de nouvelles attentes, comme le besoin de connectivité.
C’est l’aspect le plus visible de la révolution numérique : la capacité que nous confèrent les réseaux à communiquer instantanément avec tout le monde, partout et tout le temps, d’envoyer et recevoir des informations et, de plus en plus, d’accéder à tout moment à l’ensemble de nos services, applications, contenus.
L’enjeu n’est alors plus seulement de proposer un réseau performant et un « prêt à connecter » pour tous, mais bien d’offrir des services prenant en compte la réalité de la vie numérique de chacun.

Des réseaux de plus en plus sollicités pour répondre aux nouveaux usages

La généralisation de la vidéo sur Internet et l’appétit croissant pour les contenus :

Le boom des besoins des entreprises

Les entreprises doivent pouvoir s’appuyer sur des réseaux toujours plus performants et évolutifs pour répondre à leurs besoins de mobilité et d’hyperconnectivité, à la multiplication des terminaux mobiles, à l’utilisation croissante des solutions de collaboration comme la visioconférence, la messagerie instantanée ou les réseaux sociaux, à l’essor du big data et des objets communicants. Aussi, le grand virage du Cloud pousse les entreprises à revoir complètement leur façon de gérer leurs ressources informatiques et leurs infrastructures réseaux.

L’internet des objets change la donne

On assiste à une nouvelle lame de fond : l’émergence des objets connectés qui sont sur le point d’investir massivement nos vies. Selon Gartner, le marché mondial de l’Internet des objets devrait pratiquement doubler d’ici 2020 pour atteindre 1100 milliards de dollars. Les objets connectés à internet vont ouvrir la voie à de nouveaux services autour de la santé et du bien-être, du domicile, de la sécurité ou encore des transports. En 2023, 420 millions de voitures en circulation seront connectées (IDATE) et 847 millions d’appareils connectés seront utilisés par le secteur mondial de la santé.

De nouveaux déploiements convergents en Espagne, Pologne, Belgique, Roumanie et Moldavie

Orange déploie des réseaux très haut débit avec la 4G et le FTTH (Fibre to the Home) en Europe, et les fait évoluer pour rendre possible la convergence fixe-mobile. En Espagne, Orange poursuit le développement de son réseau FTTH, suite à l’acquisition de Jazztel en 2015, et à l’accord de co-investissement avec MasMovil en juillet 2016. En Pologne, Orange a commencé, dès 2015, le déploiement de son propre réseau fibre. En Belgique, pays caractérisé par une forte présence du câble et où le régulateur a décidé de mettre en place une régulation de ces réseaux, Orange utilise le câble pour le très haut débit fixe. En Roumanie, Orange approche les foyers de façon différente, en proposant une offre TV par satellite ou utilisant le réseau FTTH d’un autre opérateur. En Moldavie, l'acquisition par Orange le 18 octobre 2016 de Sun Communications, va permettre à Orange de proposer des offres convergentes haut débit dans ce pays.

En Afrique et au Moyen-Orient : la révolution du mobile

En Afrique et au Moyen-Orient, le téléphone mobile est au centre de la vie quotidienne : téléphoner, payer ou transférer de l’argent, transmettre des SMS, accéder à Internet…
Plus de 60% des connexions Internet en Afrique se font via un téléphone mobile, et selon une étude menée par le cabinet Deloitte Afrique, le taux de pénétration de l’internet mobile en Afrique devrait doubler d’ici à 2020 pour atteindre près de 40%. Orange déploie la 4G dans les pays où il opère et continue à investir massivement dans la couverture des zones rurales et dans la montée en débit.

Les populations veulent pouvoir accéder à Facebook, YouTube, aux multiples contenus vidéo et TV... Mais les zones où sont produit les contenus ne correspondent pas toujours à celles où ils sont consommés, ce qui pose la question de leur acheminement international. Orange continue de développer ses réseaux, avec une activité soutenue sur les câbles sous-marins (nouveaux projets et accroissements de capacités), le déploiements d’infrastructures (data centers, backbones,…) à même d’héberger et de transporter les services et contenus à l’échelle régionale et locale.

Le réseau, première brique de l’expérience client

Nos clients grand public attendent prioritairement la connectivité, leur permettant d’envoyer et de recevoir un appel, un SMS et une photo, de visionner un film, de jouer en ligne, d'utiliser le cloud ou encore de découvrir la réalité virtuelle : des activités qui nécessitent des débits croissants et une qualité de service optimale.
Orange s’appuie sur son réseau de transmission très haut débit, doté de 18 000 km de fibre optique en France et à l’international (Europe, USA et Singapour). Il vient en support de tous les réseaux France : fixe et mobile, Entreprise, data center, projets spécifiques... Pour cela, nous améliorons chaque jour la qualité de nos réseaux : implantation d’antennes supplémentaires, déploiement de la fibre optique entre les villes, entre les pays et jusque dans les océans, installation de routeurs IP et d’équipements de gestion des appels et échanges de données, et d’outils indispensables pour superviser ces réseaux.

Pour une qualité de service optimale


Une expérience personnalisée de nos réseaux

L’objectif d’Orange en termes de connectivité consiste non seulement à offrir une expérience de réseau optimale, mais également à rendre perceptible par le client cette qualité de service. Cette démarche de valorisation du réseau est mise en œuvre dans le cadre d’Essentiels2020.
Orange aborde désormais de façon individualisée la qualité du réseau proposée à chacun de ses clients. Dans cette perspective, le Groupe a déployé en 2015 un outil de Customer Experience Management (CEM) en France, en Espagne, au Mali ainsi qu’au Cameroun. Il permet de mesurer la qualité de service vécue par les clients en temps réel. Il est ainsi possible d’identifier les difficultés au moment où elles surviennent et de cibler les domaines de progrès prioritaires et les investissements associés, au plus près de la réalité et des besoins de chacun.

Le réseau et l’expérience client en France

Les derniers chiffres sont disponibles
sur le site https://reseaux.orange.fr/

Orange France, premier opérateur pour la qualité du service voix

Orange fait avancer le réseau là où ça compte pour les clients
En juillet 2016, l’ARCEP a dévoilé les résultats de son enquête annuelle sur « la qualité des services de voix et de données des opérateurs de réseaux mobiles en France métropolitaine ». Pour la 6ème année consécutive, le réseau mobile d’Orange France a obtenu les meilleurs résultats. Grâce à l'expertise des équipes et à la qualité de son réseau mobile, Orange offre à ses clients la meilleure expérience.
Concernant les services de voix et de SMS, Orange a été désigné 132 fois premier ou premier ex-aequo pour un total de 135 critères évalués.

 

Orange France numéro un pour la performance de ses débits

La qualité perçue des services de données et de l’accès à l’Internet mobile est conditionnée par la couverture des réseaux de données et leurs performances.
Dans le rapport de l’ARCEP de juillet 2016, les services de données, Orange France a été désigné 195 fois premier ou premier ex-aequo pour un total de 200 critères évalués. Le réseau mobile d’Orange France s’est notamment distingué par les débits obtenus. Il a été classé numéro un sur le débit moyen de téléchargement de fichiers avec 48 Mbit/s en zone dense et la navigation internet mobile sur les axes de transport (TGV, grandes lignes, trains du quotidien et autoroutes). Les clients d’Orange ont déclaré attendre de telles performances.

Orange booste la couverture au bénéfice de tous

Les équipes d’Orange continuent de travailler pour améliorer le réseau là où les clients l’attendent le plus : sur les lieux de travail à l’intérieur des bâtiments, sur les axes de transport ou en zone rurale, sur les plages, les stations de ski. Apporter le service de téléphonie à l’intérieur de certains bâtiments peut aussi être un véritable défi technique. La diversité des locaux et les normes environnementales de construction sont autant de facteurs qui peuvent contrarier l’utilisation du mobile à l’intérieur. Pour pallier ce problème, Orange propose une gamme de produits permettant de créer une couverture réseau mobile optimisée et dédiée.
Orange a engagé un programme visant à améliorer la couverture des axes autoroutiers en France et accompagne le programme « Zones Blanches » initié par le Gouvernement français. Dans ce cadre, tous les centre-bourgs de France bénéficieront d’une couverture en services mobiles voix et data (3G).

Ma ville sans coupure

En 2015, de nombreux pays Orange ont défini leurs priorités et ont élaboré des plans d’action, notamment la France avec le plan « ma ville sans coupure » visant à la quasi disparition des coupures d’appels dans les agglomérations.

Orange Business Services, un des leaders des fournisseurs de services réseaux dans le monde

La connectivité est un ‘must have’ pour les entreprises. Orange Business Services (OBS), qui avec ses 21 000 collaborateurs dans le monde regroupe l’ensemble des activités dédiées aux entreprises du Groupe Orange, fait évoluer ses réseaux en permanence pour soutenir l’évolution digitale des entreprises et s’appuie sur les réseaux déployés par le Groupe et leur richesse (fibre, 4G, Wi-Fi, Software Defined Networking) pour transporter toutes les communications voix et données de ses clients de façon fiable, performante et sécurisée.
OBS propose ses services de connectivité dans 220 pays et territoires. Quelle que soit la configuration des entreprises (PME ou multi nationales) - mono site, multi-sites, en France ou à l’international, OBS propose aux entreprises des solutions de connectivité fixe et mobile, Internet et hybrides et leur permet d’augmenter leur productivité et de gagner en flexibilité en mettant à leur disposition des réseaux performants et sécurisés, 24 heures / 24 et 7 jours / 7.

Une application intelligente pour un réseau sans faille


L’application Ma Livebox permet de gérer ses équipements et ses accès à Internet, de programmer les horaires du Wi-Fi et de disposer d’une assistance en cas de problème. Elle indique les identifiants de connexion internet, le débit de la ligne, l’adresse IP… On peut aussi l’utiliser pour partager la clé Wi-Fi d’accès à la Livebox.

Elle permet de vérifier le fonctionnement des services internet, TV et téléphone par internet et le cas échéant de les réparer sans connaissance technique. En cas de besoin, l’application met en relation l’utilisateur avec le service clients qui reçoit automatiquement le détail de la situation pour prendre en charge le problème plus rapidement. Pour les smartphones utilisant Android, l’application Ma Livebox est un outil de diagnostic et d’optimisation du réseau Wi-Fi à la maison. Si cela n’est pas suffisant, l’application fait des recommandations d’accessoires pour maximiser la couverture (comme des répéteurs Wi-Fi à installer dans certaines pièces).

Sécuriser et superviser nos réseaux

Garantir la connectivité de bout en bout

La sécurisation des réseaux est liée à l’architecture même de ces réseaux en amont ainsi qu’aux actions de maintenance au quotidien pour offrir aux clients une connectivité optimale en tout lieu et sur la durée. De nombreux équipements et liaisons sont doublés pour assurer une continuité de service en cas de panne. Cela passe aussi par la maintenance préventive du réseau (ex : maintenance de câbles sous-marins, remplacement de batteries de secours) ou corrective (ex : réparation d’un câble endommagé). Afin d’assurer une connectivité internationale et maintenir la qualité de service alors que le trafic croit, Orange continue de développer ses réseaux et déploie de nouvelles technologies telles que le CDN (Content delivery network).

Une attention de tous les instants

Pour garantir la qualité de ses réseaux, le Groupe s’appuie sur des « Technical Management Centers », véritables tours de contrôle, qui assurent une supervision des réseaux et un suivi de la qualité de service 7 jours / 7 et 24 heures / 24 par une interface technique avec tous les acteurs de la chaîne comme les centres d’appels, les réseaux de distribution, les partenaires et les fournisseurs etc. L’objectif est de détecter les pannes, d’émettre les diagnostics précis des dysfonctionnements et de rétablir le service le plus rapidement possible. Ces centres de supervision contribuent chaque jour à l’ambition d’Orange : assurer aux clients une qualité des réseaux et la continuité des services. De nombreux tests en situation réelle sont par ailleurs réalisés très régulièrement dans tous les pays pour mesurer la  performance des réseaux mobiles et engager si besoin des mesures correctives.

Afin d’aller plus loin dans l’efficacité de la supervision des réseaux, le projet ANO (AMEA Networks Optimization) a défini et mis en place une structure centralisée en charge de la supervision et de l’exploitation des réseaux de 10 filiales de la région. Les deux pôles du GNOC (Global Network Operations Center) situés à Dakar et Abidjan, ont été inaugurés en décembre 2016.

En ce qui concerne plus spécifiquement ses clients Entreprises Multinationales, la supervision et la maintenance des solutions réseaux sont assurées par la Direction Services Clients & Opérations (CSO) d’Orange qui opère partout dans le monde. CSO s’appuie sur des structures fonctionnant avec des processus et des outils standardisés :

Une expertise pour se préserver des cyber attaques

Dernier élément clé de la connectivité : la sécurité pour assurer aux clients qu’ils soient à l’abri des cyber-attaques. Dans un contexte où les cyber-menaces sont en progression et toujours plus ciblées, la sécurité est un enjeu partagé par toutes les entreprises.

Qu’il s’agisse de sécuriser les postes de travail, les terminaux mobiles et les applications mis à la disposition des salariés de l’entreprise, ses processus industriels, ses objets connectés ou encore ses infrastructures cloud, la cybersécurité irrigue toutes les dimensions de la transformation numérique.

Orange Cyberdefense rassemble depuis janvier 2016 toutes les expertises sécurité d’OBS. L’entité intervient auprès des entreprises sur toutes les dimensions de la sécurité en leur proposant des services managés, intégrés et hybrides, depuis la définition de la stratégie de sécurité jusqu’à sa mise en œuvre et sa gestion opérationnelle.

En tant qu’intégrateur de solutions, Orange Cyberdefense s’adapte aux besoins de ses clients avec des offres packagées ou sur-mesure.

Les investissements dans les réseaux : une priorité

La vision de l’innovation d’Orange est claire : concevoir des réseaux robustes et les déployer partout où le Groupe est présent pour satisfaire les clients en anticipant leurs usages et leurs attentes. Cet effort d’investissements est mené de façon ciblée, avec une priorité claire donnée aux investissements dans le très haut débit fixe et mobile, pour répondre à l’explosion du trafic et aux attentes des clients, tout en cherchant à développer des réseaux moins énergivores. Pour la réalisation de son ambition, le Groupe a pris l’engagement en 2015 d’investir plus de 15 milliards d’euros dans ses réseaux d’ici 2018 dont 4,5 milliards destinés au FTTH et 5 milliards au mobile. Orange se donne ainsi également comme objectif de tripler entre 2014 et fin 2018 le débit moyen de ses clients sur ses réseaux fixes et mobiles.

Très haut débit fixe : forte progression de la fibre en Europe

En Espagne, le Groupe a considérablement étendu son réseau fibre avec 9,6 millions de foyers raccordables au 31 décembre 2016, suite à l’acquisition de Jazztel en 2015 et à l’accord de co-investissement avec MasMovil en juillet 2016, donnant ainsi naissance au deuxième opérateur fixe haut-débit. L’ambition d’Orange en Espagne est d’atteindre 14 millions de foyers raccordables d’ici la fin 2019. Cette extension permettra également de renforcer dans ce pays la stratégie de convergence fixe-mobile avec le doublement de la part des revenus convergents à l’horizon 2018.
En Pologne, Orange Polska a démarré en 2015 le déploiement de son réseau FTTH et dénombre 1,5 million de foyers raccordables (fois 2,1 en un an) au 31 décembre 2016. L’objectif est d’atteindre 3,4 millions de foyers d’ici 2018.

Au 31 décembre 2016, Orange Belgique compte d’ores et déjà 33 000 clients aux nouvelles offres convergentes qui utilisent l’accès régulé aux réseaux câblés et lancées en mars 2016.

Orange est par ailleurs un acteur de la fibre optique dédiée (FTTO : Fibre To The Office) depuis plus de 15 ans pour les entreprises françaises. Cette technologie est disponible en standard dans 6267 communes du territoire et sur demande en dehors de ces communes. 35 000 sites d’entreprises utilisent déjà ces services.

Très haut débit mobile : un taux de couverture 4G supérieur à 95% d’ici 2018 en Europe

Le développement du très haut débit mobile concerne toutes les zones géographiques où le Groupe est présent. Sa croissance repose sur l’extension de la couverture haut débit, avec l’objectif de disposer en Europe d’un taux de couverture 4G supérieur à 95% d’ici 2018 afin de répondre aux préoccupations des clients concernant la qualité du réseau, tant en déplacement qu’à l’intérieur des bâtiments, et en s’appuyant sur la qualité du portefeuille de fréquences. Fin 2016, cet objectif est déjà dépassé en Belgique et Pologne où les taux de couverture dépassent respectivement 98% et 99 % de la population.

Mieux couvrir les zones blanches en France

Au sens réglementaire, une zone blanche est une commune dont le centre bourg (et un rayon de 500 m autour) n’est couvert en outdoor par aucun des réseaux mobiles des quatre opérateurs. Le 6 août 2015,  la loi Macron a été promulguée par le Président de la République et prévoit d'achever et de concrétiser les précédents programmes nationaux de couverture des centres-bourgs mais aussi de les compléter en recensant des centres-bourgs de communes qui ne l'auraient pas été précédemment, ainsi que pour la première fois des anciens centres-bourgs.

 

Dans ce cadre, les opérateurs, au premier rang desquels Orange, ont conclu un accord visant à :


D’importants investissements pour renforcer la qualité de service en France et en Europe

En novembre 2015, Orange a obtenu en France deux blocs de fréquences de 5 MHz chacun (soit 10 MHz) à l’issue du processus d’enchères sur les fréquences 700 MHz, pour un montant total de 954 millions d’euros. Cet investissement permettra à Orange d’offrir une meilleure qualité de service, particulièrement à l’intérieur des bâtiments et dans les zones rurales et de préparer l’introduction de la technologie 5G, faisant d’Orange le seul opérateur en France à détenir 30 MHz de fréquences basses.

En Pologne, Orange Polska a également acquis aux enchères deux blocs de fréquences sur la bande des 800 MHz et trois autres sur la bande des 2 600 MHz pour un montant total d’environ 700 millions d’euros. Parallèlement, le déploiement de la 4G+, qui permet des débits deux fois plus rapides que la 4G, se poursuit en Europe.

Orange poursuit le déploiement des réseaux 4G / 4G+ dans les pays d’Europe où il est présent. Par exemple, Orange Espagne a lancé commercialement à l’automne 2015 la LTE-Advanced supportant des débits allant jusqu’à 336 Mbit/s. En Roumanie, où Orange déploie la 4G+, l'accord signé fin 2015 avec Telekom Romania pour l'utilisation de son réseau fibre dans les zones urbaines, donne accès à 20 millions de logements raccordables, permettant ainsi la commercialisation des offres convergentes.

3G et 4G déployées pour l’Afrique et le Moyen-Orient

La 3G mobile est déployée dans les tous les pays du secteur Afrique & Moyen-Orient où Orange est présente et la 4G est désormais disponible au Botswana, en Côte d'Ivoire, en Guinée Bissau, en Jordanie, au Liberia, au Maroc, à Maurice, en République Démocratique du Congo, au Sénégal et en Tunisie. 2017 devrait voir plusieurs ouvertures 4G supplémentaires.
Le Groupe continue à investir fortement dans la couverture des territoires avec un effort particulier dans la poursuite du déploiement des réseaux haut débit. Orange a par ailleurs obtenu en 2015 de nouvelles fréquences au Cameroun et en Côte d’Ivoire mais aussi mené à bien l’acquisition de licences 4G (Tunisie, Egypte, Sénégal) et a procédé à une importante consolidation en RDC suite à l’acquisition de l’opérateur Tigo Millicom, aujourd’hui nommé Orange RDC. En 2016, Orange a notamment réalisé l’acquisition de l’opérateur mobile Airtel au Burkina Fasso et en Sierra Leone ou encore de Cellcom au Libéria.

La poursuite de la modernisation des réseaux

Orange poursuit la transition de ses réseaux vers le tout-IP, le Cloud, et la virtualisation des fonctions de réseaux, avec pour objectif de pouvoir les rendre programmables en temps réel. Avec la Virtualisation des Fonctions du Réseau (NFV) et le Software Defined Network (SDN), il sera possible d’automatiser le comportement du réseau et d’accélérer la conception de nouveaux services à l’aide d’interfaces logicielles, et la gestion de leurs services pourra être réalisée par nos clients à l’aide d’applications web. Ces évolutions ouvrent des perspectives de réduction des coûts des réseaux du Groupe.

Accélérer l’évolution des réseaux du Groupe

L’évolution des usages, les mutations technologiques et les attentes toujours croissantes de nos clients de plus de débit et de qualité nous amènent à accélérer les évolutions de l’ensemble de nos réseaux.

De la 3G à la 5G : des réseaux mobiles en mouvement

En Europe, où la 4G est largement déployée dans tous les pays, nous poursuivons ce déploiement dans les zones rurales et augmentons les débits ainsi que la capacité avec la technologie LTE-Advanced (appelée aussi 4G+). En agrégeant plusieurs fréquences 4G, il est possible d’obtenir localement des débits plus importants et d’apporter des capacités complémentaires pour offrir un service de qualité à un nombre accru de clients.  
Nous préparons aussi le déploiement des technologies qui rendent possible l’augmentation continue des débits et des volumes de données échangées, avec des temps de réponse minimum y compris sur le réseau mobile (avec les small cells, picocellules et Wi-Fi, par exemple). Ces petites cellules permettent de compléter le réseau classique, à la maison, au travail, et dans les lieux à forte affluence.

Afrique : le mobile au cœur du quotidien

Orange s’est engagée sur le terrain des terminaux mobiles en lançant un smartphone 4G adapté aux usages du continent africain : Orange Rise 51 fonctionnant avec la dernière version Android M de Google. Pour accompagner cette démocratisation d’accès aux terminaux et aux smartphones, Orange développe toujours plus de nouvelles fonctionnalités en Afrique. Orange Money propose aux clients d’ouvrir un compte attaché à un numéro de mobile et d’accéder à des solutions de transfert d’argent et de paiement mobile ainsi qu’à des services financiers. Orange a aussi lancé My Healthline, la première hotline santé au Cameroun et a ouvert les premières API pour permettre aux développeurs africains de créer des services SMS ou USSD susceptibles de toucher un large public.

Tout pour le développement de l’Internet des Objets

Les objets connectés sont un des axes de diversification du plan stratégique d’Orange « Essentiels2020 ». Pour asseoir son ambition de devenir l’opérateur de services de référence dans ce domaine, Orange est présent sur l’ensemble de la chaîne de valeur avec des solutions de connectivité adaptées à chaque usage, la distribution d’objets connectés et des services pour le grand public comme pour les entreprises.

Une expertise de plus de 10 ans avec nos réseaux cellulaires

Orange propose depuis plus de 10 ans des offres de connectivité machine to machine (M2M) reposant sur ses réseaux cellulaires, avec plus de 12 millions d’objets connectés dans le monde.
Les réseaux cellulaires 2G/4G étant maintenant normalisés pour répondre aux besoins spécifiques des objets connectés, Orange prépare l’évolution de ses réseaux avec des tests en cours ou à venir dans plusieurs pays de la technologie LTE-M. Pour accélérer le développement de cette technologie et soutenir la création d’un écosystème de bout-en-bout, le Groupe ouvrira en France, le premier Open IoT Lab en Europe permettant d’expérimenter le LTE-M, fin mars 2017, dans le cadre d’une initiative de la GSMA.

Toujours plus d’applications intelligentes avec la technologie LoRa®

En complément de ses réseaux cellulaires (2G/4G et demain 5G), Orange a décidé d’investir en France dans un réseau LPWA (Low Power Wide Area), s’appuyant sur la technologie LoRa® (Long Range), pour compléter son offre de connectivité et préparer le futur de l’Internet des objets. Ce réseau dédié aux objets ayant besoin d’une connectivité bas débit et à faible consommation énergétique, est d’ores et déjà déployé dans 18 agglomérations françaises, ce qui représente environ 1 300 communes à fin septembre 2016. L’ambition d’Orange est de couvrir 120 agglomérations françaises d’ici janvier 2017, soit environ 2 600 communes.

Un test avec Vinci pour une aire de repos connectée

Orange conduit avec VINCI Autoroutes un projet d’optimisation de la maintenance de l’aire de repos de Boutroux, sur l’autoroute A10 (Eure-et-Loir). Ce projet d’aire connectée de nouvelle génération comprend : le choix et la pose de capteurs, la remontée des données via le réseau LoRa® et la transmission des données sur le portail de supervision de l’exploitant. Ce projet, déployé depuis juillet 2016 pour une durée d’un an, permet à Orange en collaboration avec  VINCI Autoroutes de mesurer in situ les avantages de la technologie LoRa®.

Les starts-up dans l’univers LoRa®

La start-up Hostabee, dans le domaine de la Smart Agriculture, a installé des capteurs dans dix régions sur des ruches et expérimente le kit de connectivité LoRa® d’Orange pour remonter des alertes aux apiculteurs (la température, l’hygrométrie, et l’activité de la ruche). Un service innovant pour trouver des solutions aux problèmes de vol de ruches, de santé de l’abeille et de perte d’essaims.

Orange utilise également la technologie LoRa® pour ses propres besoins comme pour le déploiement d’un réseau de capteurs sur 1 500 de ses sites mobiles en France pour la gestion de l’énergie électrique. Orange a aussi choisi de mettre en place un nouveau projet de suivi de la consommation électrique de son réseau mobile en France reposant sur la technologie LoRa®.

L’évolution vers la 5G

Si la 4G est aujourd’hui en plein essor et accompagne déjà des millions de clients dans l’usage de leurs smartphones, Orange a également déployé la 4G+ dans de nombreuses villes, notamment en France et en Belgique.
La technologie 5G intègrera nativement les besoins de l’Internet des Objets, en répondant aux besoins spécifiques de secteurs très variés, par exemple agriculture, industrie, éducation, tout cela avec un seul réseau qui s’adapte à la demande. Elle sera globalement encore plus performante que les technologies précédentes, et permettra une meilleure efficacité énergétique.

Préparer la transition vers un monde 100% connecté

La nouvelle génération de téléphonie mobile consacrera l’avènement d’un monde de la connexion de chaque instant. Les utilisateurs devraient bénéficier des évolutions de la 5G : accès ultra-rapide aux services du Web en toute situation, y compris dans les transports, fiabilité extrême permettant de faire supporter de nouvelles fonctions, comme la régulation du trafic routier ou des réseaux d’énergie.
Ces différents usages seront rendus possibles par une grande flexibilité : la 5G sera conçue pour faire communiquer entre eux des milliards d’objets très différents. Enfin, la 5G devrait être bien plus performante en termes de coût et écologique. Orange milite aussi pour que la 5G permette d’offrir une connectivité basique à Internet via des réseaux et des terminaux à très bas coût, compatibles avec les contraintes économiques des régions du monde aujourd’hui non couvertes par les réseaux.

5G : de la normalisation aux partenariats avec des industriels

Orange a également dédié des ressources importantes au développement de la 5G dans les organismes de normalisation pertinents afin de s'assurer que les normes 5G satisfont les attentes des clients Orange, garantissent l'interopérabilité et favorisent les économies d'échelle. De plus, Orange a entamé des discussions avec des secteurs industriels tels que l'automobile, la santé et l’énergie, étape essentielle pour répondre à leurs besoins et stimuler l'intégration de la 5G dans la société et l’économie. Cela se traduit très concrètement par des partenariats avec Ericsson (avec PSA), Nokia et Huawei notamment.


Un partenariat 5G avec Ericsson


Pour la première fois en France, le 25 janvier 2017, des équipements de test ont permis de réaliser une communication sans fil avec des débits supérieurs à 10 Gbit/s, grâce à des briques de la future technologie 5G. Ces débits ont été mesurés avec des équipements Ericsson, en laboratoire, sur le site d’Orange Gardens à Châtillon.

Ces équipements sont des prototypes de station de base et de téléphones mobiles 5G pesant encore plusieurs dizaines de kilos. Des prototypes plus miniaturisés apparaitront dans les prochains mois.

La 5G est aussi porteuse de plusieurs avancées technologiques majeures comme l’utilisation de fréquences hautes, le beam tracking (focalisation radio) ou encore le network slicing permettant la gestion d’une qualité de service différenciée, combinée à une affectation dynamique des ressources en temps réel.

Une première expérimentation menée à Belfort

En septembre 2015, l’ARCEP a autorisé Orange à mener à partir de début 2016, à Belfort, les premières expérimentations sur les très hautes fréquences qui sont candidates pour le développement des futures technologies et services mobiles 5G. L’expérimentation se poursuit jusqu’en juin 2017. Différentes campagnes permettent de mesurer, avec un équipement spécialement développé par le Groupe, la manière dont se propagent les ondes selon les types de matériaux de construction, les conditions climatiques et les variations de l’environnement naturel.

Pour concevoir les réseaux d’accès radio, les ingénieurs d’Orange développent des outils qui permettent de prédire la propagation des ondes, et donc d’optimiser la couverture radio des réseaux mobiles et Wi-Fi tant à l’extérieur (outdoor) qu’à l’intérieur des bâtiments (indoor). Ce modèle de propagation conçu par Orange et utilisé dans le cadre de l'expérimentation de Belfort, est reconnu comme un des plus précis et des plus fiables au monde. Il permet par exemple, de réaliser les cartes de couverture marketing des opérateurs mobiles ou de définir le nombre et la position des antennes 4G et/ou Wi-Fi nécessaires pour écouler le trafic. Dans le cadre de l’Euro 2016 de football, ce logiciel a contribué à l’ingénierie des réseaux radio déployés dans les stades..

Booster les réseaux fixes

En réponse aux besoins croissants de nos clients, la connectivité des clients résidentiels et entreprises évolue vers des technologies très haut débit. La croissance et les évolutions des réseaux fixes sont poussées par l’essor des services et usages : la télévision HD puis 4K, la vidéo à la demande et le streaming, la réalité virtuelle et bientôt la réalité augmentée et la TV 8K. Le FTTH est la solution technique la plus pérenne qui offre aujourd’hui les meilleures performances. Grâce aux évolutions technologiques, le FTTH permettra d’accéder à plus d’1 Gbits/s rapidement.

Pour améliorer le service mobile au sein des foyers, Orange propose d’ores et déjà à ses clients, de manière ciblée et volontariste, une solution Femtocell qui permet d’améliorer la couverture mobile à l’intérieur du domicile. Orange a également lancé en septembre 2016, avec OLA, une solution innovante d’assistance vocale pour piloter la TV d’Orange à la voix.

La disponibilité croissante du VDSL2 permet également d’apporter du très haut débit aux sites des entreprises, qui ne sont pas encore éligibles à la fibre FTTH. Orange Business Services travaille au déploiement d’un réseau optique adapté pour les entreprises, le FTTE (Fibre To The Entreprise), qui se positionne entre le réseau grand public (FTTH) et le réseau haut de gamme entreprise FTTO.

En France : Orange Territoires Connectés

Le programme « Orange Territoires Connectés » marque une ambition renouvelée d’Orange pour améliorer les débits en zone rurale en France : améliorer l’expérience internet à la maison entre juin 2016 et mi-2017 pour un million de foyers supplémentaires, et pour 2,5 millions de foyers entre juin 2016 et fin 2019.

Pour y parvenir, Orange :

Réseaux de transport et de transmission : des performances record

Nous faisons évoluer nos réseaux de transmission et de transport, pour anticiper la croissance des usages et des volumes de données échangées. Des technologies comme le CDN (Content delivery network) sont mises en œuvre pour assurer une bonne qualité de services pour les usages vidéo. Orange s’appuie ainsi sur le large réseau de serveurs de son partenaire Akamai pour aider ses clients entreprises à accélérer la diffusion de contenus, sites web et applications métiers sur internet depuis n'importe quel data center vers tout utilisateur, quel que soit le terminal utilisé et sa localisation dans le monde en apportant un haut niveau de sécurité.

Les réseaux IP optimisés


Les technologies VoWi-Fi / VoLTE partout en Europe

Ces technologies sont déployées dans tous nos réseaux en Europe. La VoWi-Fi d’une part, permet d’émettre et de recevoir des appels sur son mobile avec son numéro de mobile en étant connecté en Wi-Fi à la maison ou dans un lieu public. La VoLTE d’autre part, permet des établissements d’appel plus rapides, une qualité audio améliorée et de téléphoner et échanger des données simultanément.

Le standard all-IP pour de multiples fonctionnalités

Le standard all-IP permet d’offrir à nos clients des services interopérables et convergents sur un accès fixe ou mobile, qui intègrent voix et données, et qui sont ouverts aux développements tiers (via des API). Par exemple, un accès haut débit tout IP permet de proposer la TV HD et des services de vidéo à la demande en streaming, avec une meilleure qualité de service dans la durée.

Cette transformation incontournable concerne tous les opérateurs et industriels de notre écosystème dont les technologies deviennent obsolètes ; elle porte sur la téléphonie commutée (RTC) et l’internet de première génération (ATM).

Pour cette évolution, la priorité est donnée aux pays qui opèrent des services fixes et dans lesquels nous avons une présence historique : France, Pologne, Espagne, Jordanie, Sénégal, Côte d’Ivoire et Ile Maurice.  Les pays où Orange est un opérateur mobile sont également concernés, mais la transformation se porte alors sur le cœur de réseau et sur la transmission.

En Europe, l’Espagne était déjà quasiment tout IP à fin 2015 ;  dès 2018, en France et en Pologne, le téléphone commuté ne sera plus vendu. L’infrastructure sous-jacente de nos réseaux IP continuera d’évoluer vers davantage de performance et de services. Pour les pays de la zone MEA (Middle East Africa), l’objectif est d’aboutir à une transformation totale d’ici à 2020. Globalement, en 2020, Orange a l’ambition d’avoir déployé 70% de service voix en VoIP et 95% de service internet en internet de dernière génération, tous marchés confondus, dans les pays où il opère.

Cette évolution concerne également les entreprises, qui ont déjà amorcé leur transformation voix ou data pour proposer des services digitaux.

Le réseau d’accès des entreprises à l’IP en France

Un réseau IP dédié dessert les sites des entreprises en France (environ 550 000 sites) pour assurer leurs échanges et leur connectivité Internet. Il est composé d’une soixantaine de routeurs et est interconnecté au réseau IP international du Groupe.

Ce réseau est construit de manière à offrir aux clients une excellente qualité de service grâce aux mécanismes de priorisation du trafic, un taux de disponibilité de plus de 99.998% rendu possible par une topologie hautement résiliente, à des technologies de haute disponibilité déployées sur les équipements, garantissant des temps de convergence très rapides en cas de coupure de lien ou d’équipement.

Une expérimentation dans 14 communes du Finistère

Orange France a lancé mi-février 2017 une expérimentation dans 14 communes du Finistère afin de préparer la transition des services de téléphonie fixe traditionnelle vers la téléphonie fixe en tout IP. Cette expérimentation marque le point de départ de la mise en œuvre du programme tout-IP d’Orange en France, préparé en concertation avec l’ARCEP et l’ensemble des opérateurs.

Vers des réseaux à la demande


Les réseaux actuels sont essentiellement composés d'équipements physiques spécialisés alors que les réseaux futurs seront basés sur des logiciels qui seront  hébergés par une multitude de data centers semblables. La virtualisation des fonctions du réseau (Network Function Virtualization ou NFV en anglais) accompagne, prépare et participe à la programmabilité des réseaux. Une technologie complémentaire, le SDN (Software Defined Network), amplifie cette programmabilité en permettant une configuration dynamique des liens réseaux. L’utilisation de ces technologies vise à doter le Groupe d’infrastructures plus flexibles et agiles pour servir plus rapidement les clients. Orange entend tirer pleinement profit des nouvelles technologies de virtualisation (NFV) et d’automatisation (SDN), en vue de créer des solutions de « réseau à la demande ».

Orange à la pointe pour les technologies SDN / NFV

La virtualisation des fonctions réseaux se fera progressivement pour gérer de nouvelles fonctionnalités, offrir de nouveaux services ou optimiser les coûts. Elle a déjà commencé par exemple, un service de géolocalisation utilisé par la Belgique et bientôt la Pologne est fondé sur un équipement virtualisé (GMLC) hébergé en Pologne dans un data center répondant à l’architecture cible.



Une gestion du réseau facilitée par le responsable IT d’une entreprise, grâce au SDN/NFV, le responsable IT gère son réseau avec un smartphone

Le responsable IT peut ainsi sans intervention physique, à l’aide d’un simple smartphone, effectuer une reconfiguration totale de son réseau, mettre à jour des fonctionnalités ou déployer de nouvelles solutions logicielles. Le réseau devient gérable « à la demande ». Tout l’enjeu est de permettre aux entreprises de pouvoir s’appuyer sur un réseau simple à gérer, sécurisé, évolutif et flexible afin de se recentrer sur leur cœur de métier et développer de nouveaux services. Orange en a fait un axe clé de développement de ses services réseaux.

Orange se dote par ailleurs d’une infrastructure SDN pérenne en la déployant dans son réseau. Cette solution s’appuie sur une nouvelle infrastructure basée sur des serveurs x86, génériques, qui pourront accueillir n’importe quel service en les provisionnant à tous les endroits nécessaires de son réseau, sans avoir besoin d’installer un seul équipement.

Orange va enrichir son catalogue de fonctions virtualisées progressivement en commençant par les fonctionnalités de sécurité (Firewall, anti-virus, …) et d’optimisation (accélération, priorisation, application de politiques de routage sur des configurations hybrides). La stratégie cible est bien de placer l’intelligence dans le réseau pour une meilleure association et une meilleure distribution des services pour offrir les fonctionnalités les plus pertinentes et en garantissant l’interopérabilité.

Des réseaux toujours plus exemplaires


Vers des réseaux plus green

Le Groupe s’est fixé pour objectif de réduire ses émissions de CO2 de 50% par usage-client entre 2006 et 2020. Au travers de son plan de transformation « Green ITN », le Groupe déploie des infrastructures réseaux de nouvelle génération qui contribuent à la réalisation de cette priorité stratégique. Cela passe par l’utilisation de nouvelles solutions de refroidissement des sites techniques tels que les data centers, les sites cœur de réseau ou les sites d’accès, le déploiement de stations mobiles solaires, l’intégration de compteurs énergétiques dans les équipements pour mettre sous contrôle les consommations d’énergie ou encore le passage du cuivre vers la fibre. Entre 2010 et 2015, ces actions ont permis d’économiser 2500 GWh d’électricité, soit l’équivalent de deux ans de consommation d’une ville de 300 000 habitants, et d’éviter la consommation de 170 millions de litres de fuel, ainsi que le rejet dans l’atmosphère de 1 300 000 tonnes de CO2.

Consommation d’énergie divisée par deux avec la 5G


Le Consortium Next Generation of Mobile Networks, composé des constructeurs et des opérateurs télécoms, est déjà parvenu à un accord international : la future 5G devra consommer deux fois moins que les technologies actuelles en multipliant le volume de trafic par 1000. Le Groupe Orange porte cette ambition et souhaite démontrer par ses travaux de recherche que cet objectif est atteignable, en s’appuyant sur l’expertise de sa direction Innovation Marketing et Technologies.

Les engagements des COP21 et COP22

A fin 2015, à l’occasion de la COP 21 organisée à Paris, Orange et Huawei ont réaffirmé leur ambition de construire d’ici à 2020 de nouveaux réseaux de télécommunications très nettement plus éco-efficaces.
A l’occasion de la COP 22 à Marrakech, Orange a fait un état d’avancement de ces engagements. En partenariat avec la fondation Ellen MacArthur, dont Orange est membre, avec d’autres partenaires comme HP, le Groupe a lancé un programme pour rendre modulaire nos équipements techniques et réseaux afin de pouvoir réutiliser et mieux recycler ces équipements et changer le business modèle pour passer d’une logique de possession à une logique d’usage.

Vers l’auto-configuration des réseaux

Les réseaux deviennent de plus en plus complexes, les usages de plus en plus variés et les exigences de qualité de plus en plus fortes. L’optimisation des réseaux et par exemple les réglages radio pour éviter les appels coupés en déplacement sont de plus en plus réalisés par des logiciels d’intelligence artificielle. Ils vont permettre de changer la configuration des réseaux en fonction de l’évolution du trafic. Ces outils sont capables de surveiller et d’ajuster en permanence des milliers de paramètres. Ils utilisent des algorithmes d’intelligence artificielle développés par les ingénieurs d’Orange.

Orange et Engie main dans la main en Afrique

D’autres actions du Groupe sont aussi mises en œuvre dans les domaines de l’énergie, comme par exemple l’accord avec l’énergéticien ENGIE. Cet accord a été signé fin 2015 pour développer l’électrification rurale en Afrique et optimiser l’alimentation électrique des infrastructures d’Orange sur ce même territoire.
En s’appuyant sur les capacités d’opérateur de télécommunications d’Orange et sur les compétences d’ENGIE en matière de production d’énergies renouvelables, d’agrégation et de maintenance, les deux Groupes expérimentent des solutions d’alimentation électrique domestique pour les populations rurales.

Préparer l’évolution de nos réseaux, tout un programme

Orange fait de l’ouverture et de l’interopérabilité des infrastructures et technologies une double exigence pour garantir la pérennité de ses choix d’investissements et la capacité à proposer des services de bout en bout à ses clients.

Le Groupe en pointe dans la normalisation

Pour s’assurer que les solutions qui seront mises sur le marché seront conformes à sa stratégie réseaux, le Groupe participe activement aux travaux de normalisation au sein des instances européennes et internationales comme le 3GPP, la GSMA (pour le mobile), l’UIT (pour le fixe), l’IETF (pour l’IP)… Orange est actif dans les groupes de travail mais aussi dans les organes de gouvernances de ces instances. Orange a directement contribué à l’émergence de nombreuses technologies devenues des normes ou des standards du marché : compression audio, codage voix, optimisation du codage audio pour la radio numérique, compression vidéo, réseaux cellulaires, services de communication, évolution de la carte SIM…

Le pari de l’innovation ouverte

Le Groupe mène des expérimentations en laboratoire et sur ses réseaux opérationnels en collaboration avec des industriels et le monde académique à différentes fins : stimuler l’innovation, évaluer les performances des technologies en conditions réelles et leur intérêt pour anticiper et satisfaire les besoins futurs du Groupe et de ses clients, acquérir l’expérience nécessaire à la construction des futurs réseaux, et bien sûr, aider aux orientations stratégiques.


Orange au cœur des travaux sur les fréquences radio


Le spectre radioélectrique est une ressource essentielle à la connectivité. Elle est aussi rare, car utilisée pour différentes applications autres que les télécommunications : télévision, radio, météo, services d’urgence et de sécurité, applications militaires...

L’attribution des radiofréquences s'effectue dans le cadre d'organismes internationaux, en particulier la Conférence mondiale des radiocommunications au sein de l'Union internationale des télécommunications. Le Groupe participe activement aux travaux menés au sein de ces instances pour évaluer les besoins et influer sur les décisions à venir sur l’allocation du spectre.

Orange acteur majeur des réseaux internationaux

Fin 2016, le Groupe Orange exploitait des réseaux dans près de 30 pays pour desservir ses clients Grand Public, ainsi que dans près de 200 pays ou territoires pour ses clients entreprise. Ces réseaux permettent à Orange de fournir à ses clients une connectivité toujours plus grande et enrichie dans toutes ses implantations.

Le réseau de transmission international

Orange possède un réseau international très étendu en Europe qui relie Francfort, Londres, Barcelone et Madrid. Il s’agit du réseau WELDON (WidE Long distance Domestic Optical Network). Ce réseau est complètement intégré au réseau national français incluant les 25 plus grandes agglomérations françaises, permettant une capillarité et un niveau de protection très forts. Pour compléter le dispositif mobile et fixe dans les pays, Orange déploie ou (co)exploite des réseaux internationaux performants. Ils répondent aux besoins des opérateurs et des grandes entreprises.
Pour les accompagner dans leurs usages, nos clients demandent à la fois une présence mondiale mais aussi l’assurance de la maîtrise de bout-en-bout de nos solutions, y compris avec nos partenaires. Cela permet à Orange de proposer des solutions de connectivité internationale sécurisée. Ce réseau international WELDON est complété par un double anneau sur Singapour.

Le réseau IP international

Le réseau de transit IP international d’Orange baptisé Open Transit Internet (OTI) a pour objectif de fournir la connexion Internet mondiale aux divers filiales du Groupe, ainsi qu’à des clients opérateurs, fournisseurs d’accès Internet  et fournisseurs de contenus. Il est construit sur la base des toutes dernières technologies de transmission et de commutation IP.
Mi-2016, nous comptons 24 points de présence du réseau OTI (douze en Europe, deux en Asie, huit en Amérique du Nord, une en Afrique et une au Moyen-Orient), reliés entre eux par des liens à haut débit de 622 Mbit / s à 100 Gbit / s, et écoulant plusieurs centaines de Gbit / s de trafic à l’heure de pointe. Mi-2016, le trafic écoulé atteint 4,2 Tbit/s.

Les satellites

Orange utilise le satellite en complémentarité des autres technologies, lorsque cela est pertinent et notamment pour assurer le raccordement au réseau général des départements d’Outre-mer, des liaisons IP ou voix vers les autres opérateurs, et des services VSAT (Very Small Aperture Terminal) pour les clients entreprises terrestres ou maritimes d’Orange Business Services. Orange peut ainsi délivrer des solutions de communication globales à des entreprises présentes dans des zones géographiques non couvertes par les réseaux physiques, appartenant à l’industrie pétrolière, gazière ou minière, par exemple. Pour cela, Orange utilise de la capacité spatiale louée à des opérateurs satellitaires (Eutelsat, Intelsat, SES, Arabsat).

Les câbles sous-marins

Le Groupe participe dans plus de 40 câbles sous-marins en fibre optique et consortiums internationaux. Cela représente 450 000 kilomètres de fibre optique, soit plus de dix fois le tour de la terre. La montée en débit sur les câbles sous-marins est réalisée dans le cadre d’upgrades des équipements terminaux localisés dans les stations de câbles sous-marins et la mise en service de systèmes à 40 Gbit/s puis 100 Gbit/s par longueur d’onde a déjà été réalisée sur plusieurs fibres du Groupe.

Construction d’un nouveau câble sous-marin

Orange va déployer un nouveau câble sous-marin qui reliera la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe en fibre optique et dont la mise en service est prévue au second semestre 2018. D’une longueur totale de 1 900km, ce nouveau câble permettra d’anticiper la croissance du trafic et diversifier les points de connexion afin d’assurer la qualité de service entre la Guyane, la Martinique et la Guadeloupe. Cette liaison sous-marine en fibre optique s'interconnectera également avec le câble existant ECFS, offrant un lien direct entre la Guyane et le continent américain. Cette connexion supplémentaire permettra de sécuriser davantage le trafic allant vers et depuis les Etats-Unis qui représente plus de 80% du volume. Ce nouveau câble en fibre optique composé de deux paires de fibres pourra offrir à terme des débits jusqu’à 50 fois 100Gbit/s soit 5 Terabits/s. Ce projet d’envergure représente un investissement d’environ 35 millions d’euros d’Orange.





La croissance de trafic boostée sur l’axe Europe-Asie

Le passage à la technologie 100 Gbit / s sur les liaisons sous-marines en fibre optique SEA-ME-WE3 et SEA-ME-WE4 réalisé en 2015 permet à Orange d’accompagner la croissance de trafic sur l’axe Europe-Asie. Pour le plus long terme, Orange participe au SEA-ME-WE5, un câble reliant Singapour à l’Europe, avec une connectivité vers l’Océan Indien. Construit aussi en technologie 100 Gbit / s, il multiplie les capacités d’Orange sur la route Asie-Europe et assurera une nouvelle connectivité vers l’océan indien via Djibouti pour la montée en débit à la Réunion et Mayotte, tout en préparant la relève des plus anciens SEA-MEA-WEA3 et SEA-MEA-WE4.


Voir l'animation sur https://dai.ly/x5c7471



Les réseaux sous marins - Orange par Orange



Le SEA-ME-WE5, reliant Toulon à Singapour


Afrique de l’Ouest : des travaux d’extension des câbles en cours

Dans le cadre d’un consortium, Orange a mis en service, en décembre 2012, la première phase du câble en fibre optique ACE (Africa Coast to Europe). Long d’environ 17 000 kilomètres, sa capacité potentielle s’élèvera à 12,8 Tbit / s grâce à l’utilisation de la technologie de transmission à 100 Gbit/s.
Depuis la France, ACE s’étend à ce jour jusqu’à São Tomé-et-Principe. Les travaux d’extension jusqu’en Afrique du Sud ont commencé fin 2015 pour une mise en service début 2018.
En parallèle, afin de garantir la sécurisation du trafic d’Orange par la diversification de ses routes, une augmentation des capacités d’Orange sur le câble SAT3-WASC-SAFE a été réalisée en 2014. La prochaine est en cours pour une mise en service prévue au troisième trimestre 2017.

Océan Indien : des investissements pour augmenter les capacités

Orange est copropriétaire des liaisons internationales en fibre optique LION (Lower Indian Ocean Network), qui relie Madagascar au réseau haut débit mondial via la Réunion et l’Île Maurice, et LION2, qui prolonge LION jusqu’au Kenya en desservant Mayotte. Pour accompagner la croissance du trafic, le Groupe a investi dans des augmentations de capacités de LION et de LION2. Enfin, le câble SMW5, mis en service en décembre 2016, constitue une nouvelle route de grande capacité entre Djibouti, l’Egypte, l’Italie et la France.

Océan Atlantique : trois câbles essentiels pour la zone Caraïbes

Pour accompagner la forte croissance des usages numériques et l'explosion des données d'une part, et améliorer la qualité du réseau d'autre part, Orange est également actif dans la zone Caraïbes, où il dispose de capacités sur trois liaisons internationales en fibre optique majeures : Americas-II, ECFS et CBUS. Afin d’accompagner l’essor du haut débit dans les départements d’outremer, le Groupe a participé pour ces trois câbles à des augmentations de capacité qui ont été mises en service en 2015.

Les réseaux de commande de service internationaux


Le réseau voix international

Orange dispose d’un réseau international de commutateurs pour gérer les communications voix historiques ainsi qu’un réseau d’équipements pour gérer la voix sur IP. Ce réseau est composé principalement de trois pôles de transit en France, de deux aux Etats-Unis et d’un à Hong Kong.

Le réseau de signalisation

Le réseau de signalisation international est destiné à offrir aux opérateurs mobiles une connectivité permettant l’itinérance : signalisation sémaphore CCITT n°7 pour les réseaux 2G et 3G, signalisation Diameter pour les réseaux 4G. Différents services sont proposés aux opérateurs mobiles pour les échanges internationaux.


Les réseaux dédiés aux services aux entreprises


Le Réseau IP VPN à l’international (IP Global Network IGN)

Comme le réseau IP en France, ce réseau mondial est destiné à la fourniture de services de réseau privé virtuel (VPN), Internet et voix / vidéo sur IP, pour les grandes entreprises multinationales.
Le réseau IGN associe 270 fournisseurs de boucle locale et présente plus de 590 interconnexions inter-réseau. Enfin, grâce à la stratégie de partenariats avec des opérateurs régionaux, le réseau IGN dessert 61 pays supplémentaires. Ces partenariats permettent des interconnexions IP VPN ou Ethernet sans affecter la nature du service offert aux clients entreprise.

Des réseaux hybrides privés / internet pour accompagner les besoins des clients vers plus de flexibilité

OBS aide les entreprises à gérer, contrôler et optimiser la croissance de leur trafic et l’évolution de leurs différents flux poussée par la multiplication des applications hébergées dans le cloud et l’intensification du trafic internet qui devrait tripler d’ici 2018. OBS intègre le meilleur de la technologie des partenaires clés du marché et propose des solutions entièrement managées qui permettent de combiner plusieurs réseaux pour s’adapter aux niveaux de performance, de disponibilité et de sécurité requis par les différents usages. OBS peut ainsi proposer des réseaux privés ou VPN (Virtual Private Network) entièrement dédiés à l’entreprise et complètement étanches aux réseaux publics, mais également des réseaux hybrides qui permettent aux entreprises d’utiliser à la fois leur réseau privé et également internet (qui est un réseau public). Ainsi, le réseau privé sera utilisé pour assurer le bon fonctionnement des applications critiques de l’entreprise et le réseau public internet pour des usages nécessitant des niveaux de sécurité moindre, comme les flux vidéos par exemple.


Des réseaux « Cloud ready » avec des capacités hybrides Internet-VPN pour accompagner les clients dans le cloud en toute sécurité

Lancé en 2010, Business VPN Galerie est le premier hub mondial reliant les clients VPN d'OBS à des services cloud à travers des passerelles entièrement sécurisées. Grâce à Business VPN Galerie, les entreprises accèdent aux infrastructures et aux applications cloud d'Orange et de plus de 30 partenaires dont Google Cloud Platform, Microsoft Express Route, Salesforce, AWS, Ingenico et Cegid. Aujourd’hui, plus de 1 600 entreprises et plus de 33 000 sites à travers le monde accèdent à leurs services cloud via Business VPN Galerie.

Le réseau voix entreprises international (NEO)

NEO est un réseau de fourniture de services voix pour les entreprises internationales. Reposant sur le réseau IP MPLS international, ce réseau voix entreprise comporte 61 points de présence dans 38 pays, et s’interconnecte à une cinquantaine d’opérateurs dans le monde. Il permet de collecter et de terminer des appels avec ces opérateurs, pour des clients connectés au réseau d’Orange Business Services en IP ou en TDM.

Contacts presse : 01 44 44 93 93 – service.presse@orange.com

Mathilde Boistay : mathilde.boistay@orange.com






Votre message a bien été envoyé.
Veuillez remplir tous les champs précédés d'un *
Veuillez remplir une adresse email valide