Parlons inclusion numérique

Depuis une dizaine d’années, le terme "inclusion numérique" prend une place de plus en plus importante dans les discours des grands Groupes.

Aux affichages de la première heure suivent des actions plus concrètes. Ainsi apparaissent dans l’industrie du digital des offres spécifiques destinées aux plus fragiles. Mais que signifie l'inclusion numérique et jusqu’où les entreprises s’impliquent-elles pour la favoriser ? Comment Orange s'empare du sujet de l'inclusion numérique pour orienter ses actions ?

 

 

Inclusion numérique

[Inclusion numérique]
Nom féminin

L’inclusion numérique est un processus réunissant un ensemble d’offres, de services et d’actions, qui vise à rendre le numérique accessible à chaque individu, principalement la téléphonie et internet, et à leur transmettre les compétences numériques qui leur permettront d’utiliser ces outils pour leur insertion sociale et économique.

 

 

Logo ONU

Nous recommandons que d’ici 2030, chaque adulte ait un accès abordable aux réseaux numériques, ainsi qu’aux services numériques financiers et de santé. Ceci serait un moyen de contribuer grandement à la réalisation des Objectifs de développement durable.

Organisation des Nations Unies

 

 

Qui sont les exclus du numérique ?

Dans le monde, près de la moitié de la population n’a pas accès à internet, et cette exclusion du numérique peut avoir de nombreuses facettes. En Afrique sub-saharienne, 25% de la population n’a pas de couverture réseau, mais 49% n’utilisent pas internet parce que les smartphones ou les services mobiles sont trop chers pour leurs revenus,  ou par manque de compétences nécessaires ou bien car le contenu des services ne correspond pas à leurs besoins quotidiens. (source GSMA 2020)
En Europe, ce déficit d’usage est encore de 17.5% (source ITU 2019). En France, des chiffres récents mentionnent 13 millions de français éloignés du numérique.

Comment favorise-t-on l’inclusion numérique ?

L’inclusion numérique varie selon une combinaison de plusieurs facteurs.
L’estime de soi, le lien social et la capacité d’apprentissage en constituent le socle.
On voit bien que le numérique est le révélateur d’une situation. Il n’est pas la cause de l’exclusion numérique : les fractures numériques épousent les fractures sociales.

 

Aujourd’hui, le sujet de l’inclusion numérique est au cœur des enjeux de développement de nos sociétés. C’est un sujet majeur qui mobilise tout autant les acteurs publics et privés.

Au sein du Groupe Orange, chaque entité participe à son niveau à la démarche de l’inclusion numérique : en facilitant l'accès à la connectivité et en préparant les réseaux de demain ; en entretenant et en réparant les réseaux sur toutes nos géographies ; en créant et en animant les dispositifs d'accompagnement et d'éducation à l'usage du numérique ; enfin en soutenant l'entreprenariat et les start-up et en innovant.

 

 

Lire l’interview de Renaud Francou : Inclusion numérique : dépassons les clichés

 

 

une main sur la souri d'un ordinateur

Orange et la connectivité : garantir à tous l’accès au numérique

Dans un monde où les nouvelles technologies sont chaque jour plus prégnantes, tous les individus devraient avoir facilement accès à internet. C’est ce qu’on appelle l’inclusion numérique. C’est pourquoi Orange contribue à réduire les inégalités d’accès au web et à lutter contre l’illectronisme en France comme à l’international.

 

 

Inégalité d’équipement, de maîtrise des usages, d’accès à une connexion internet haut débit, de compétences…
La fracture numérique recouvre des réalités différentes selon les facteurs et les pays considérés.

Orange contribue à réduire ces inégalités afin de faire en sorte que chacun devienne acteur du numérique et qu’il puisse en tirer le meilleur. C’est pourquoi nous développons chaque jour nos réseaux, qui sont au cœur des usages digitaux.

 

 

Le Groupe Orange s’engage à accroître la couverture des territoires. D’abord par le développement du très haut débit fixe notamment grâce au déploiement de la fibre. Fin 2019, 39,5 millions de foyers étaient raccordables au très haut débit Orange dans le monde, dont 16,3 millions en France, 14,9 millions en Espagne, 4,2 millions en Pologne et plus de 500 000 en Slovaquie. Grâce à un effort de déploiement en propre ou à l’utilisation de réseaux de tiers, nous connecterons plus de 65 millions de foyers à la fibre en Europe d’ici à 2023, 20 millions seront raccordables en France en 2025.
Source : Rapport Annuel Intégré 2019

Côté réseau mobile, à la fin de l’année 2019, les taux de couverture (en population) d’Orange étaient déjà très élevés dans certains pays comme la Pologne (99,9%), la France (99%) ou la Roumanie (98,1%).
En Afrique et au Moyen-Orient (MEA), nous nous appuyons sur des solutions techniques innovantes pour étendre la couverture en zones rurales comme des pylônes légers, plus faciles et moins coûteux à installer, mais aussi des antennes capables de couvrir des zones beaucoup plus étendues. Orange mettra en place 8 000 nouveaux sites mobiles 4G d’ici à 2023.

 

Avec une participation dans 450 000 km de câbles à travers le globe, Orange s’emploie à développer la qualité de son réseau mondial et à accompagner l’explosion des usages numériques de ses clients. Les câbles-sous-marins sont non seulement les autoroutes de l’internet mais aussi de véritables facteurs de croissance et de développement économique au sein d’une zone géographique.

 

 

 

Faire du numérique un outil de développement pour tous

Chez Orange, nous croyons que le numérique est un puissant levier de transformation et de développement individuel et collectif. Dès lors, comment favoriser l'inclusion et faire en sorte que le potentiel du numérique bénéficie à tous ? En aidant chacun à s'approprier les outils digitaux, quels que soient son âge et son pays. Apprentissage du numérique chez les plus jeunes, sensibilisation des adolescents aux risques, insertion professionnelle et accompagnement des salariés en entreprise… De nombreuses actions de sensibilisation et de formation ont été mises en place par Orange dans les pays où le Groupe est présent.

 

 

 

L’apprentissage numérique des jeunes

Les compétences numériques sont devenues essentielles sur le marché du travail. Dans un monde où plus d’un futur écolier sur deux pratiquera, une fois diplômé, un métier qui n’a même pas encore été inventé, l’acquisition d’un savoir numérique est capitale.

élèves dans une classse d'école travaillant sur tablettes

 

 

En France, Orange est partenaire du concours Science Factor, qui fait émerger les projets d'innovation techniques et scientifiques d'équipes mixtes pilotées par des filles. Une initiative qui vise à susciter des vocations scientifiques chez les collégien-ne-s et les lycéen-ne-s.
Les ateliers #SuperCodeurs, qui initient les jeunes au code informatique, sont quant à eux déployés grâce à des collaborateurs Orange qui ont coaché bénévolement plus de 46 000 jeunes depuis 2014 dans 20 pays.

Depuis 2014, la Fondation Orange mène un programme appelé Écoles numériques dans 16 pays d’Afrique.

Nous équipons de kits et accompagnons des écoles en partenariat avec les ministères de l’Éducation de chaque pays. Plus de 250 000 enfants accèdent désormais aux contenus éducatifs essentiels sur tablettes.

Orange entend relever le défi de la révolution numérique sur le continent africain pour favoriser l’émergence de nouveaux secteurs d’activités générateurs d’emplois, et favoriser ainsi la croissance du continent.

Orange Campus Africa, une plateforme de formation en ligne, dédiée à l’Afrique, permet aux étudiants d’accéder aux formations dont ils ont besoin dans le cadre de leurs études ou de leur vie professionnelle.

 

Les Orange Digital Center sont également un dispositif clé. Ces espaces d’innovation et d’apprentissage déploient des dispositifs gratuits pour développer son entreprise ou ses compétences numériques. On y trouve une école de codage pour apprendre le langage informatique par la pratique et la gestion de projet en groupe, ainsi qu’un FabLab Solidaire où l’on apprend à fabriquer et à prototyper à l’aide d’équipements numériques et un accélérateur de startup (Orange Fab). En Tunisie et au Sénégal les premiers Orange Digital Centers (ODC) ont été inaugurés en 2019 et d’ici à 2025, tous les pays où Orange est présent proposeront des ODC, formant un véritable réseau et encourageant les échanges de bonnes pratiques.

 

 

deux jeunes filles discutet

Accompagner les usages numériques des adolescents

Le numérique est avant tout un formidable outil d’accès au savoir. Néanmoins, des risques existent et les adolescents y sont particulièrement exposés. C’est pourquoi les acteurs du numérique comme Orange doivent les accompagner, ainsi que leurs parents, afin d’encadrer leurs usages et de protéger leur vie privée.

 

 

D’abord, avec des solutions techniques appropriées : contrôle parental, plages d’accès à internet pour chacun des équipements connectés, forfaits bloqués ou adaptés aux besoins des jeunes, etc.

Ensuite, par une sensibilisation accrue. Le site « Bien vivre le digital » présente des conseils pour appréhender le monde digital en toute sérénité et propose un espace dédié aux parents d’adolescents. De l'usage mesuré du premier smartphone au paramétrage des réseaux sociaux, il accompagne les familles pour mettre en place les bonnes pratiques numériques. 

Cet effort de sensibilisation ne se cantonne pas à la France : Orange a également lancé une campagne de communication sur son footprint pour un usage responsable des écrans : « nous avons tous de grands pouvoirs, nous avons tous de grandes responsabilités ».

 

 

Précarité et numérique : lumière sur le dialogue avec nos parties prenantes

Chez Orange, nous avons à cœur de développer des offres utiles et inclusives pour tous, y compris pour les plus éloignés du numérique. C’est pourquoi nous avons réalisé en France, en 2017, une consultation de nos parties prenantes sur la thématique « précarité́ et numérique » et travaillons à l’élaboration d’une offre à destination des publics les plus fragiles.

deux personnes observent un écran d'ordianteur

 

 

Dans le cadre de nos dialogues avec nos parties prenantes, notre Direction de la RSE a réalisé une consultation sur la thématique « précarité et numérique » en France. Un constat global s’est imposé : le numérique peut accentuer fortement les inégalités alors qu’il devrait les réparer ou les réduire.

Plus précisément, voici les 3 grands enseignements de ce dialogue :

Les populations concernées ont non seulement besoin d’un accompagnement sur les usages, mais également d’un équipement pour accéder à internet.

Ces cibles attendent d’Orange des offres adaptées combinant un forfait, un équipement et un accompagnement, ainsi qu’un rôle de prescripteur pour les orienter vers des lieux dédiés.

L’expérience attendue doit être non stigmatisante, rassurante, pédagogique et se faire en présentiel.

 

 

Le dialogue « Précarité et numérique » en chiffres

  • On estime à 5 millions les personnes qui vivent une double exclusion pauvreté́ et numérique.
     
  • 9 millions de personnes touchées par la pauvreté en France.

 

Ce dialogue partie prenantes est à l’origine de l’offre solidaire « Coup de Pouce » en France soumise à condition de revenus. En Espagne c’est l’offre « Tarifa social » qui a été créée.

Orange souhaite accélérer fortement l’accès à la connectivité sur le continent africain. Une des barrières à l’utilisation d’Internet est le prix des smartphones. S’y ajoutent des difficultés liées à la non connaissance du numérique (« illectronisme »).

Depuis avril 2019, et dans près de 13 pays d’Afrique et du Moyen-Orient, Orange propose les téléphones Sanza (3G) et Sanza XL (4G), faciles d’utilisation et  permettant d’offrir les fonctionnalités  d’un smartphone à moindre coût.  En Octobre 2020, le Sanza Touch, une version 4G Android a été lancée par Orange en Guinée-Bissau, en Côte d’Ivoire et à Madagascar.

 

 

Tour d’horizon en images des projets de la Fondation Orange.

La Fondation Orange s’engage à faire du numérique un levier d’insertion professionnelle et de développement personnel pour les jeunes en rupture scolaire, les femmes privées d’emploi et les personnes avec autisme.