Les principes de mise en œuvre de la RSE

 

 

 

 

Notre responsabilité est d’accompagner positivement les transitions sociales, sociétales et  environnementales engendrées par nos activités d’opérateur. Nous voulons permettre aux individus, communautés, territoires de tirer profit du monde numérique que nous contribuons à façonner. Nous souhaitons que notre apport technologique soit bénéfique à tous, soit reconnu comme éthique, respectueux des droits humains et protecteur de l’environnement.

Nos actions se déploient grâce à l’implication de nos équipes et de nos partenaires, dans les pays où nous opérons. L’éthique et le programme de compliance anticorruption, la vigilance, une collaboration étroite avec les parties prenantes  et l’accompagnement de la chaîne de valeur (du fournisseur au client) vers des pratiques responsables sont les principes de base que nous respectons pour conduire notre politique RSE.

Nos instances de gouvernance (organes dédiés pour les dirigeants, investisseurs et administrateurs) garantissent le respect de nos orientations et de notre démarche et permettent de rendre compte des résultats obtenus.

 

 

 

RSE

Droits Humains, éthique et compliance

Au-delà des strictes contraintes réglementaires, Orange s’engage à conduire ses activités de façon saine et intègre.
Notre croissance internationale, le lancement de services financiers, la protection des données personnelles,… rendent toujours plus impérieuse notre exigence en matière d’éthique, de lutte contre la corruption et de conformité (compliance) associés à une gouvernance responsable et transparente.
La prise en compte des droits humains est un enjeu auquel nous sommes confrontés à tous les niveaux de notre activité, notamment dans nos relations avec nos collaborateurs, nos fournisseurs et nos sous-traitants et nous agissons pour les faire respecter.
Orange est d’ailleurs soumis à la loi anglaise sur l’esclavage moderne (Modern Slavery Act ou MSA) et à ce titre doit faire, depuis 2017, chaque année une déclaration décrivant ses actions pour lutter contre l’esclavage moderne et la traite des êtres humains au sein de son activité et de sa chaîne d’approvisionnement.

 

 

Nos principes figurent dans la Charte de déontologie du Groupe . Elle est complétée par la Politique Anticorruption, la charte de protection des données personnelles et des déclinaisons de ces principes dans diverses activités (Code de conduite Fournisseurs, Conformité aux programmes de sanctions économiques internationales etc.).

Le Comité de Déontologie du Groupe est régulièrement informé de l’application de ces principes, de la mise en œuvre opérationnelle des politiques et des pratiques observées au sein de l’entreprise.

 

 

Le devoir de vigilance

La loi sur le devoir de vigilance de 2017 oblige les entreprises de plus de 5 000 salariés et plus à fournir un plan de vigilance qui concerne toutes les mesures prises pour prévenir les atteintes graves aux droits de l’homme et libertés fondamentales, à la santé et la sécurité et à l’environnement. Avec le plan de vigilance, nous poursuivons une politique collaborative volontaire et constructive avec nos fournisseurs et sous-traitants. Nous rendons compte annuellement des mesures mises en place et de nos avancements.

 

 

Le dialogue et l’animation de nos parties prenantes

Notre politique RSE s’appuie sur une écoute active et structurée de nos parties prenantes afin de faire coïncider leurs attentes et nos activités.
En plus de cette démarche de consultation, nous animons à travers le Digital Society Forum une plateforme de réflexions et d’échanges citoyens sur les impacts du numérique et les partenariats que nous nouons avec des think tanks permettent d’identifier les signaux faibles des mutations sociales et sociétales en cours pour mieux les accompagner

orange et les grandes instances

 

 

Les achats responsables pour souligner l’engagement de nos chaînes de valeur

Nous étendons nos principes RSE à l’ensemble de notre écosystème industriel et commercial, notamment en matière d’achats responsables. Nous sommes à l’origine de la Joint Audit Cooperation, un consortium de 16 opérateurs télécom mondiaux qui veille à faire respecter par nos fournisseurs les standards humains et environnementaux.

 

 

 

Les Objectifs de développement durable concernés

En savoir plus